Démantèlement d’un réseau responsable de 7 000 faux permis de santé

En moins de deux semaines, ils ont publié près de 7 000 fausses déclarations de santé. Lundi 12 juillet, l’Agence France-Presse a appris auprès de la Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Nancy que neuf personnes avaient été interpellées fin juin et ont été citées à comparaître devant un juge d’instruction.

ces gens, “Un hacker et huit vendeurs”Ils ont été interpellés en région parisienne et autour de Lyon et de la Drôme, précise l’institut dans un communiqué. Deux d’entre eux sont déjà détenus dans d’autres affaires et “Certains des prévenus sont déjà connus des tribunaux pour avoir enfreint le système de traitement automatisé des données.”Ajout des juges de Nancy.

Lire aussi Déclaration sanitaire : 192 483 faux recensés par le ministère de l’Intérieur, 435 enquêtes ouvertes

De 100 à 400 euros le billet

Entre le 31 août et le 10 septembre 2021, ils ont piraté les comptes de quinze pharmacies du Grand Est en exploitant “Une faille de sécurité sur le site du Syndicat des Pharmaciens”. “Douze des quinze comptes piratés ont été utilisés pour éditer de faux laissez-passer”a expliqué la JIRS, ajoutant que l’ordre des pharmaciens avait porté plainte

Ce piratage a permis aux neuf individus de revendre 6 927 faux permis de santé, avec des prix allant de 100 € à 400 €, “Faire un gros profit criminel”. Le parquet de la JIRS a ouvert une enquête préliminaire en novembre 2021 et le juge d’instruction a été arrêté le 4 mars. Les neuf prévenus, qui ont été interpellés puis placés en garde à vue fin juin, seront traduits en justice “presque” Devant un juge d’instruction, a précisé la JIRS.

“Le phénomène des faux permis constitue une menace pour la vie humaine, notamment en cas de prise en charge médicale insuffisante pour les personnes ayant de faux permis aux urgences”a estimé le procureur général dans un communiqué.

En janvier, un autre réseau, de taille beaucoup plus importante, a fait l’objet d’une répression généralisée, dans le cadre de deux enquêtes menées à Lyon et à Paris. Le détournement du compte de l’infirmière a permis la création de plus de 54 000 faux titres de santé à son nom sur l’ensemble du territoire en moins d’un mois. Treize personnes ont été arrêtées.

Lire aussi : Cet article est réservé à nos abonnés Un secteur qui a fabriqué des milliers de fausses autorisations sanitaires et a été démantelé à Lyon et Paris

le scientifique

Leave a Reply

Your email address will not be published.