Nébuleuses et étoiles… Le télescope James Webb révèle des images extraordinaires de l’univers

Le télescope spatial, qui a été mis en service en décembre 2021, a révélé de nouveaux instantanés extraordinaires de l’univers.

Un spectacle à couper le souffle, à des milliers d’années-lumière. La NASA a dévoilé mardi les premières images du télescope spatial le plus puissant jamais construit, le James Webb, marquant le début de ses opérations scientifiques, que les astronomes du monde entier attendent depuis des années.

“Chaque image est une nouvelle découverte”, a déclaré le chef de la NASA, Bill Nelson, lors de l’ouverture du Goddard Space Center près de Washington, où une foule de responsables et de scientifiques américains et européens se sont réunis pour l’événement.

Chacun offre une “vision de l’univers pour l’humanité que nous n’avons jamais vue auparavant”.

• une étoile mourante

La première nébuleuse a été détectée, la nébuleuse planétaire de l’Anneau Sud. C’est un immense nuage de gaz au milieu duquel on peut observer une étoile mourante capturée par deux instruments de télescope.

“On voit très bien sa mort, ça vient juste de commencer à exploser et à saupoudrer autour d’elle”, explique Marie-Ang Sangui sur BFMTV.

Rédacteur en chef de la revue espace et exploration Ce sont “des images très nettes et nettes, avec des détails extraordinaires”.

Image d'une étoile mourante à l'intérieur d'une nébuleuse, immortalisée par le télescope James Webb et détectée par la NASA le 12 juillet 2022.
Image d’une étoile mourante à l’intérieur d’une nébuleuse, immortalisée par le télescope James Webb et détectée par la NASA le 12 juillet 2022. © NASA

• Un groupe de cinq galaxies

Un groupe compact de galaxies, le Quintette de Stephan, a été capturé par James Webb et révélé par la NASA. Un cliché extraordinaire dans lequel on peut observer au moins cinq galaxies, dont quatre interagissent entre elles.

“Ces galaxies qui s’attirent entraînent la naissance d’étoiles”, explique Marie-Ang Sangwe.

Un groupe compact de cinq galaxies capturées par le télescope James Webb.
Un groupe compact de cinq galaxies capturées par le télescope James Webb. © NASA

Nébuleuse en formation d’étoiles

Le télescope a également capturé la nébuleuse Carina, située à environ 7 600 années-lumière, montrant la formation d’étoiles. Il abrite de nombreux corps massifs, plusieurs fois la taille de notre Soleil.

Le cliché montre des centaines d’entre eux jamais vus auparavant, mais aussi des galaxies en arrière-plan, des structures dont on ne sait même pas encore ce qu’elles sont.

La nébuleuse Carina capturée par le télescope spatial James Webb.
La nébuleuse Carina capturée par le télescope spatial James Webb. © NASA

• Analyse de l’atmosphère d’une planète en dehors du système solaire

Le dernier objet cosmique observé mardi était une exoplanète, c’est-à-dire une planète en orbite autour d’une étoile autre que notre soleil, ce qui est l’un des axes principaux des recherches de James Webb.

Exoplanète WASP-96 b, une planète géante composée principalement de gaz, analysée par spectroscopie.
Exoplanète WASP-96 b, une planète géante composée principalement de gaz, analysée par spectroscopie. © NASA

Il n’a pas été réellement photographié, mais analysé par spectroscopie, une technique utilisée pour déterminer la composition chimique d’un objet distant. Dans ce cas, WASP-96 b, une planète géante composée principalement de gaz.

James Webb a été lancé dans l’espace il y a environ six mois et se trouve à 1,5 million de kilomètres. L’une des principales missions du télescope spatial, un bijou d’ingénierie de 10 milliards de dollars et le plus puissant jamais conçu, est en effet d’explorer le tout jeune univers. L’objectif de cette première démo était de donner un aperçu de ses capacités dans ce domaine.

Hugo Garnier avec l’AFP Journaliste BFM TV

Leave a Reply

Your email address will not be published.