Accusations contre Eric Cockrell : Ce que l’on sait de l’ouverture d’une enquête pour harcèlement sexuel et agression de la représentante LFI

primaire
Le député de La France Insoumise (LFI) Eric Cockrell fait l’objet d’une enquête pour harcèlement et agressions sexuelles après le dépôt d’une plainte par Sophie Tessier, figure du mouvement des gilets jaunes. Envoyer Fait le point sur ce dossier touchant le chef de la Commission des finances de l’Assemblée nationale.

C’est une question qui secoue la sphère politique et notamment La France Insoumise (LFI). Le 3 juillet, Sophie Tessier a annoncé avoir saisi le Comité de suivi contre les violences basées sur le genre et les violences sexuelles du LFI pour dénoncer les agissements du représentant Eric Cockrell. Depuis, une plainte a été déposée contre lui et une enquête a été ouverte. Envoyer Revue de cas.

Qu’est-ce qui accuse Eric Cockrell ?

Eric Cockerell fait l’objet d’une plainte pour harcèlement et agression sexuelle contre Sophie Tessier. Les faits se seraient déroulés lors d’une soirée organisée par le parti La France Insoumise en 2014. Sur BFMTV, la plaignante avait évoqué “des gestes déplacés, des mains errantes”, mais aussi un “regard renfrogné et collant”.

Selon Sophie Tessier, Eric Cockrell lui “collait” en lui “touchant souvent les fesses”. La plaignante a déclaré un comportement qui pourrait être “semblable à une agression sexuelle”.

“Je lui ai clairement exprimé mon rejet. Il s’en fichait”, a confirmé l’activiste sur les réseaux sociaux. Après cela, l’adjoint lui envoyait également des messages pour lui proposer de le rattraper à l’hôtel.

Je viens de contacter la Commission CVSS de la FI pour les violences sexuelles et basées sur le genre pour certifier mon témoignage attestant du comportement inacceptable d’Eric. # coq. C’est une forme d’agression qui doit être condamnée car elle s’inscrit dans un continuum de violences faites aux femmes. pic.twitter.com/ffuwA9gdCX

– Sophie Taiser (@sophietissier23) 3 juillet 2022

Cette condamnation intervient après un discours de Rogia Diallo sur RTL. La féministe avait dénoncé le comportement d’Eric Cockrell envers les femmes, ce qui aurait poussé Sophie Tessier à rompre le silence.

Qui est le plaignant ?

Sophie Tessier est une ancienne figure du mouvement des gilets jaunes. Travaillant d’abord sporadiquement dans le secteur de l’audiovisuel, elle a travaillé pendant sept ans chez Canal+ avant, selon elle, d’être “expulsée et mise à l’index” après avoir protesté contre les conditions de travail.

A la tête du mouvement armé, Touche Pas à Mon Intermittente, se revendique également d’origine Nuit Debout. En 2020, après avoir participé au mouvement des Gilets jaunes en tant que “figure pacifique”, elle crée “Yellow Force”.

Récemment, Sophie Tessier est sortie perdante des élections législatives avec 0,45% des suffrages, après s’être présentée aux élections dans le 10e arrondissement de Paris sous le titre UCPL (Union citoyenne pour la Liberté).

Eric Cockrell a-t-il reconnu les faits ?

“Je ne nie pas avoir dansé avec Sophie Tessier. Mais je nie tout ce qui aurait pu s’apparenter à des gestes animés, des flirts agressifs”, a déclaré Eric Cockerell sur BFMTV.

L’avocat a affirmé contester “cette version des faits” et “n’exclut pas de porter plainte en diffamation” contre la plaignante. Concernant son comportement général avec les femmes et sa terrible réputation, le député a affirmé que des enquêtes étaient menées contre lui “sans aucune issue”.

? “Je nie avoir fait ces gestes inappropriés.”

Eric Cockerell rejette les accusations d’actes inappropriés portées par Sophie Tessier pic.twitter.com/tvV8pSF1uP

– BFMTV (BFMTV) 3 juillet 2022

“Je le répète : je n’ai jamais eu quoi que ce soit dans ma vie qui puisse s’apparenter à du harcèlement ou à un comportement agressif. Je n’ai jamais commis un tel comportement”, a-t-il déclaré.

Qu’est-ce qui est à risque ?

Légalement, les actes de harcèlement et d’agression sexuels sont des crimes et le délai de prescription est de six ans. Il est possible que les faits dénoncés remontent à 2014 aient été déterminés après l’enquête ouverte mardi 12 juillet par la Brigade de répression des déviances aux personnes.

Quant à sa carrière politique, Eric Cockerell ne semble pas avoir renoncé à son camp. Preuve en est un tweet du chef de file de la France Insoumise, Jean-Luc Melenchon, publié le 13 juillet.

Mesquine répond à Eric Cockrell avec l’intention de le dénigrer sans raison. pleine solidarité avec lui.

– Jean-Luc Mélenchon (@JLMelenchon) 13 juillet 2022

Après avoir annoncé l’ouverture de l’enquête, l’ancien candidat LFI à la présidentielle a qualifié la plainte de “réponse vile contre Eric Kokorel visant à le discréditer sans raison” et lui a exprimé sa “pleine solidarité”.

Leave a Reply

Your email address will not be published.