une décision qui “ne choque pas du tout” le président d’un collectif de parties civiles

La cour d’appel de Paris a confirmé jeudi 4 août la libération conditionnelle de l’ancien maire LR de Levallois-Perret Patrick Balkany. Il sera libéré vendredi.

Article écrit par

Publié

Temps de lecture : 1 minute.

La décision de la cour d’appel de Paris autorisant Patrick Balkany à sortir de prison vendredi par anticipation ne signifie pas “absolument pas choquant” Dominique Tiger, secrétaire général de l’association des contribuables de Levallois-Perret, invité de franceinfo jeudi 4 août.

“Il n’y a aucune raison pour que Patrick Balkany ne bénéficie pas d’un aménagement de peine prévu par la loi”estime le président de l’association, qui s’est constitué partie civile dans le procès de 2019 à l’issue duquel Patrick Balkany a été incarcéré.

Après avoir été détenu cinq mois pour fraude fiscale, puis avoir été libéré sous bracelet électronique pour raisons de santé en février 2020, Patrick Balkany est retourné en prison, à Fleury-Mérogis, en février 2022 en raison de nombreux manquements à ses obligations, selon Justice. L’ancien maire de Levallois-Perret avait été condamné à quatre ans de prison pour prise illégale d’intérêt et notamment obtention d’un riad à Marrakech en échange de l’attribution de contrats. “Nous voulons d’abord que la communauté récupère le riad acquis à la suite de cette affaire”, dit Dominique Tigre.

Ainsi, explique-t-il, “nous demanderons une énième fois, à la rentrée, à tous les élus de Levallois-Perret de trancher se constituer partie civile et tenter d’obtenir gain de cause afin que la somme obtenue illégalement soit restituée à la commune »précisant que si la mairie décide de ne pas se constituer partie civile, “ce seront les Levalloisiens qui paieront les frais de cette opération calamiteuse dont ont profité les Balkany”.

Leave a Reply

Your email address will not be published.