L’opposition demande à Félix Tshisekedi de revoir ses stratégies

Publié dans:

Suite au rapport du Groupe d’experts de l’ONU sur la République démocratique du Congo alléguant que le Rwanda a lancé des interventions militaires sur le territoire congolais au cours des derniers mois et fourni des renforts de troupes au M23, les critiques se sont attirées sur les stratégies d’options avancées par Félix Tshisekedi. Dans la classe politique en général et dans l’opposition en particulier, on s’attend à un changement d’attitude de la part du gouvernement.

Avec notre correspondant à Kinshasa, Ligodi patient

Pour le représentant national Yuvinal Monobu, membre de la Commission de défense et de sécurité de l’Assemblée nationale, ce rapport démontre une fois de plus l’importance du rôle des Nations unies dans le rétablissement de la paix dans la région. Pour preuve, le travail du Mécanisme conjoint de vérification élargi de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs n’a pas été suffisant. Il a fallu l’intervention d’experts de l’ONU pour annoncer les preuves de l’implication rwandaise dans la réémergence du Mouvement du 23 mars.

Selon lui, le gouvernement, avec ce rapport, doit saisir les instances judiciaires internationales. Sur le plan diplomatique, il estime nécessaire de réévaluer la mise en œuvre de la feuille de route du processus convenu à Luanda entre Kigali et Kinshasa.

On a l’impression que la République démocratique du Congo est la moindre des craintes des grandes puissances. Nous avons laissé des pays voisins mener des activités sur notre territoire (…) pour déstabiliser notre pays. La communauté internationale doit également nous aider à mettre un terme à cette activité des groupes armés soutenus par les États voisins.

Billy Cambale, secrétaire général de l’Union nationale des citoyens

Pour sa part, le député Dle Sisanga de l’opposition et chef du parti INVOL a estimé que Les approches à deux volets de Félix Tshisekedi au Rwanda et en Ouganda étaient à la fois précaires et futiles, dans le seul but de tenter de compenser le manque de légitimité interne du régime. dénoncer” Une approche économique marchande, mal pensée, mal planifiée et mal programmée Selon lui, une plus grande attention devrait être accordée à la diplomatie multilatérale pour parvenir à une stabilité globale dans la sous-région. Il insiste également sur un rôle accru pour la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), qui s’est engagée de longue date pour l’intégrité territoriale de la République Démocratique du Congo.

De son côté, Martin Fayulu, l’ancien candidat à la présidentielle, accuse le gouvernement être distrait On s’attend à ce qu’il prenne des mesures drastiques, comme l’expulsion immédiate de l’ambassadeur rwandais en poste à Kinshasa. Il a également relevé l’urgente nécessité de réformer l’armée congolaise et de la doter de plus de moyens.

Nous attendons l’expulsion de l’ambassadeur du Rwanda en République démocratique du Congo, et nous attendons la rupture des relations diplomatiques pour que le Rwanda renoue avec les bons sentiments et s’engage à respecter la souveraineté et l’intégrité territoriale de la République démocratique du Congo. (…) Nous voulons une action forte.

Jean-Baptiste Cassico, député national, secrétaire général adjoint du parti Ecidé Martin Fayulu

► À lire aussi : Attaques rwandaises en République démocratique du Congo : « Les Nations unies ont réalisé ce que nous disons depuis des années »

Leave a Reply

Your email address will not be published.