Shiftbikes Shift test : un vélo électrique urbain qui se concentre sur l’essentiel

Shiftbikes est une entreprise française basée en Normandie, qui propose un modèle de vélo électrique conçu et assemblé sur notre territoire dans les usines de la Manufacture du Cycle. Si le vélo Shift est principalement commercialisé en ligne, l’entreprise propose d’essayer sa machine à Paris et à Bordeaux.

Le vélo électrique Shiftbikes et son cadre ouvert.

© Le numérique

Le VAE Shiftbikes est un modèle résolument urbain dans son approche. Il dispose d’un moteur de 250 W développant 43 Nm et logé dans la roue arrière. La puissance est fournie par une batterie de 460 Wh intégrée au cadre, tandis que la transmission s’appuie sur le matériel Shimano Altus pour accorder 8 vitesses. Le Shift bénéficie également d’un cadre ouvert en aluminium et n’est proposé qu’en une seule taille pour les cyclistes mesurant entre 1,55 et 1,90 m.

Un cadre rigide taille unique et des roues de 26 pouces.

Un cadre rigide taille unique et des roues de 26 pouces.

© Le numérique

Garde-boue, porte-bagages, béquille, antivol et éclairage sont au menu standard. Des équipements indispensables pour un vélo de ville, pourtant rarement tous présents. En se positionnant à 1890 €, le Shift de Shiftbikes se place dans un segment intéressant, entre une entrée de gamme souvent limitée et des modèles plus chers, mais mieux équipés.

Note de l'éditeur : 4 sur 5

Confort et ergonomie

Pour un vélo électrique urbain, le choix du format col de cygne, ou cadre ouvert, est souvent évident. Ce type de VAE est ainsi plus facile à monter lorsqu’on porte un enfant dans le dos ou lorsqu’on n’est pas idéalement habillé pour lever la jambe. En revanche, le cadre perd un peu en rigidité, ce qui enlève un peu de dynamisme. Cependant, la posture relevée que l’on a au volant de la Shift n’est pas dans cet esprit sportif.

Finitions satisfaisantes.

Finitions satisfaisantes.

© Le numérique

Premier point positif de ce vélo électrique, l’intégration de ses différents composants est satisfaisante. Le moteur reste assez discret dans le moyeu de la roue arrière et la batterie prend place dans le tube diagonal du cadre en aluminium. Celui-ci peut être facilement retiré pour être chargé séparément, indispensable si vous ne pouvez pas recharger votre vélo là où il est garé. Globalement, le niveau des finitions est irréprochable, et même plutôt bon pour une moto à moins de 2000 €.

Les pneus offrent un certain confort.

Les pneus offrent un certain confort.

© Le numérique

Avec ses roues de 26 pouces, le Shiftbikes VAE opte pour la maniabilité plus que pour la précision et la performance. Les pneus ballon Arisun Metro Trooper offrent un grand volume d’air avec leur largeur de 2 pouces. Cela contribue au confort et compense en partie le manque de suspension, notamment à l’avant. Mieux vaut ne pas trop les gonfler pour conserver un bon amorti. Le Shift est un vélo électrique qui sera logiquement plus à l’aise en ville et sur pistes cyclables que sur chemins et pavés.

Une selle large et douce.

Une selle large et douce.

© Le numérique

Le confort de la selle en gel padded est très appréciable, même si on n’aurait pas été contre une tige suspendue pour encore plus d’amorti. Mais ces choix ont au moins un avantage, celui d’obtenir un vélo électrique en dessous de la moyenne en termes de poids. Le Shift n’est pas ultraléger avec ses 23,5 kg, mais de nombreux concurrents dépassent les 25 ou 27 kg.

Le guidon est légèrement incurvé et peut être ajusté.

Le guidon est légèrement incurvé et peut être ajusté.

© Le numérique

Le guidon offre un cintre incurvé avec des poignées ergonomiques confortables, même sur de longs trajets. Il vous permet de maintenir une position détendue, les bras près du corps. La potence peut être ajustée pour placer le guidon plus ou moins vers l’avant ou le relever un peu. De quoi légèrement modifier la position si vous voulez un peu plus ou un peu moins de dynamisme.

Le porte-bagages est monté de série.

Le porte-bagages est monté de série.

© Le numérique

L’équipement d’un vélo urbain n’est pas à négliger et Shiftbikes a pensé à tout, ou presque. Le Shift peut compter sur une béquille fixée sur la base arrière, une sonnette, un garde-chaîne pour protéger son pantalon et un porte-bagages arrière. Des garde-boue, indispensables pour ne pas arriver au travail tout boueux en cas de mauvais temps, sont également disponibles. Dommage que celui attaché à l’avant ne soit pas plus long pour protéger efficacement les chaussures. D’autre part, les garde-boue sont en aluminium et offrent une meilleure durabilité que s’ils étaient en plastique.

Le garde-boue aurait pu descendre plus bas.

Le garde-boue aurait pu descendre plus bas.

© Le numérique

Trop souvent oublié, et pourtant si pratique pour les arrêts minute, un antivol Axa fixé au châssis et bloquant la roue arrière est présent sur les VAE français. Les pédales sont également délaissées par beaucoup, alors que leur rôle est au moins central sur un vélo. Shiftbikes propose une paire de pédales plates très larges et adhérentes qui sont bien faites.

Le sas minute pour l'arrêt à la boulangerie.

L’antivol pour s’arrêter à la boulangerie.

© Le numérique

Éclairage

Note de l'éditeur : 3 sur 5

20 lux

L’éclairage est également confié à Axa. A l’avant, le phare émet 20 lux, ce qui est suffisant pour être vu en ville, mais manque de puissance pour se passer de l’éclairage public la nuit. A l’arrière, le feu rouge permet également de l’identifier facilement.

Le phare manque un peu de puissance.

Le phare manque un peu de puissance.

© Le numérique

Note de l'éditeur : 4 sur 5

Conduire

Le comportement du moteur logé dans le moyeu de la roue arrière n’est pas surprenant. En l’absence de capteur de couple, il enclenche son assistance dès qu’il détecte un tour de pédale. Un comportement qui ne plaît pas à tout le monde, mais qui est ici assez maîtrisé.

Le moteur dans le moyeu de la roue arrière.

Le moteur dans le moyeu de la roue arrière.

© Le numérique

L’assistance propose cinq niveaux et se contrôle via le petit écran à trois boutons. Le fonctionnement de l’appareil est très simple : les touches “+” et “-” permettent de choisir le mode d’assistance et le bouton central sert à allumer le vélo. L’écran affiche des informations de base telles que la vitesse actuelle, la distance parcourue, la jauge de la batterie ou encore le mode de conduite choisi. Une estimation de l’autonomie en kilomètres aurait été la bienvenue pour avoir une idée plus précise de ce qu’il est possible de faire.

L'écran est petit, mais offre l'essentiel.

L’écran est petit, mais offre l’essentiel.

© Le numérique

En ville et sur le plat, mieux vaut se contenter des deux ou trois premiers niveaux d’assistance. Ils offrent la puissance nécessaire pour des démarrages rapides, sans être dangereux. Le moindre tour de pédale déclenche l’assistance et mieux vaut maîtriser cet apport de puissance. Comme l’exige la loi, l’assistance se coupe au-dessus de 25 km/h. Cette vitesse est atteinte rapidement et il est compliqué de lancer le vélo électrique français à plus de 27 ou 28 km/h sur le plat.

Une béquille pour un stationnement facile.

Une béquille pour un stationnement facile.

© Le numérique

Les modes 4 et 5 sont réservés aux côtes. Ils accordent une puissance qui permet de gravir assez facilement les difficultés d’escalade, sans avoir à transpirer. En revanche, le moteur s’appuie bien plus sur sa puissance que sur son couple, il faudra ne pas oublier de bien jouer avec ses régimes pour se placer dans le bon rapport et grincer en rythme.

La transmission Shimano Altus.

La transmission Shimano Altus.

© Le numérique

La transmission Shimano Altus à 8 vitesses est convenable pour une utilisation urbaine. Ce n’est certes pas le plus rapide ni le plus doux, mais il assure l’essentiel lors des changements de vitesses. Il faudra tout de même veiller à ne pas trop le solliciter et à bien monter ses rapports dans les nervures pour éviter une usure prématurée.

Pédales plates larges et adhérentes.

Pédales plates larges et adhérentes.

© Le numérique

Freinage

Note de l'éditeur : 4 sur 5

3 mètres

Le choix des freins à disque hydrauliques Shimano est rassurant à double titre : performance et réparabilité. En effet, ces freins sont capables d’arrêter un cycliste de 65 kg roulant à 25 km/h en un peu plus de 3 m sur sol sec. Une bonne prestation. La précision de freinage est également satisfaisante pour des décélérations en douceur. Shimano étant une marque très répandue et connue dans les ateliers, il vous sera très facile de faire entretenir vos freins partout.

Freins à disque hydrauliques puissants.

Freins à disque hydrauliques puissants.

© Le numérique

Leave a Reply

Your email address will not be published.