dans le chaos de woodstock 99

Lorsqu’en 1999 il décide de lancer un nouveau Woodstock, Michael Lang s’imagine marcher sur les traces du festival mythique qu’il avait organisé en 1969. Mais plutôt que le public peace and love qui proteste contre la guerre du Vietnam et qui fait la légende du hippie Événement, ce sont des centaines de milliers de personnes en colère, avides de fête et de démesure, qui ont débarqué à Rome, dans l’État de New York. Netflix revient dans une série documentaire sur l’échec de Woodstock 99, mélange de concerts de rock, d’alcool, de drogue et de violence.

Le programme en trois volets revient sur les nombreuses erreurs commises par les organisateurs, qui ont progressivement conduit à des émeutes choquantes lors du dernier dimanche du festival. Acculés par la chaleur torride dans une base goudronnée sans ombre, les spectateurs, dont beaucoup étaient des mineurs, se sont retrouvés à devoir payer des fortunes pour manger et boire. Et tandis que les sanitaires explosaient, rendant le lieu invivable et l’eau imbuvable, les ordures s’entassaient sur le sol. Aux abords des scènes, le public alcoolique ou sous substances prohibées devenait de plus en plus ingérable concert après concert, face à un service de commande trop peu nombreux et dépassé.

Quelle est la prochaine après cette annonce

Le documentaire évoque les nombreuses blessures, mais aussi les agressions sexuelles et les viols qui ont été commis durant les trois jours de ce qui aurait dû être une immense fête. Le point de rupture du festival survient lors du concert des Red Hot Chili Peppers, lorsque les organisateurs décident de fournir des bougies aux spectateurs, espérant lancer une grande veillée contre les armes à feu, quelques mois après le massacre de Columbine. Mais, lassés d’avoir chaud, de ne pas manger, épuisés par la foule, les jeunes festivaliers pleins de rage décident de mettre le feu autour de la scène, avant de déclencher de véritables émeutes dans tout le quartier. Au milieu de la foule, des camions explosent, des magasins sont pris d’assaut, des distributeurs de billets sont détruits… sous les yeux impassibles des organisateurs, qui, interviewés des années plus tard dans le documentaire, semblent encore avoir du mal à prendre la mesure. le chaos.

Leave a Reply

Your email address will not be published.