la situation s’aggrave, le seuil de crise a été atteint dans plusieurs territoires

Très faibles précipitations en Côte-d’Or depuis l’automne 2021

Depuis septembre 2021, juillet 2022 est le 8ème mois avec un déficit pluviométrique. Ce mois de juillet 2022 a connu des précipitations n’excédant pas 10 mm, soit une baisse des précipitations de 90% par rapport à la normale. C’est le mois le plus sec depuis 1959, juste avant juillet 2015.

La sécheresse de 2022 est déjà très prononcée début août et elle risque fort de s’aggraver dans les semaines à venir. Déjà 4 zones d’alerte ont franchi le seuil de crise, correspondant au niveau le plus élevé de sévérité de la sécheresse. Sept autres sont placés en alerte renforcée et 3 en alerte. Ainsi, toutes les communes et tous les usagers du département sont impactés par les mesures de restriction d’usage de l’eau.

La situation actuelle tend à se rapprocher des sécheresses observées en 2019 et 2020 durant lesquelles 80% du territoire de la Côte-Dorien avait atteint la crise. Chacun est invité à améliorer dès maintenant ses économies d’eau afin de retarder la crise et de limiter les risques de coupures d’eau potable.

Les rivières sont à sec

Depuis début juillet, de nombreuses rivières du département se sont asséchées. La Tille, la Seine, l’Ource, l’Arroux notamment connaissent des périodes de sécheresse sur plusieurs kilomètres. Les enquêtes menées par l’Office français de la biodiversité, la Fédération départementale de la pêche et de la protection des milieux aquatiques et les Syndicats des rivières indiquent une dégradation importante et rapide des débits des rivières de Côte-dorienne. Cette situation devrait malheureusement s’aggraver dans les prochaines semaines s’il n’y a pas de précipitations importantes.

Approvisionnement en eau potable, des tensions apparaissent dans le département

La situation d’approvisionnement en eau potable des populations s’est détériorée avec 21 réseaux présentant des faiblesses d’alimentation en eau sur un total de 352 unités de distribution. Ces réseaux tendus nécessitent une vigilance accrue des usagers, des gestionnaires et des services de l’État.

Arrosage des terrains de sport

L’arrosage des terrains de sport, dont les hippodromes, reste autorisé pendant cette période de sécheresse dans les communes mises en alerte sauf entre 11h et 18h et dans celles mises en alerte renforcée sauf entre 9h et 20h. Cet arrosage des terrains de sport est interdit dans les communes ayant franchi le seuil de crise. Une adaptation est prévue pour les terrains d’entraînement ou de compétition à enjeu national ou international, où l’arrosage doit être réduit au minimum et reste interdit entre 9h et 20h. Cette adaptation n’est plus possible en cas de pénurie d’eau potable.

Leave a Reply

Your email address will not be published.