L’armée israélienne lance des raids sanglants sur Gaza et le Jihad islamique riposte

Publié dans: la moyenne :

Vendredi, l’armée israélienne a lancé des raids sur la bande de Gaza visant le mouvement armé du Jihad islamique, qui à son tour a accusé l’Etat hébreu de vouloir “déclencher une guerre” contre le peuple palestinien. Selon l’armée israélienne, 15 personnes ont été tuées, dont un enfant et un dirigeant du mouvement Jihad islamique, selon les autorités sanitaires palestiniennes. Bientôt, le groupe armé a affirmé avoir riposté avec “plus de 100 missiles”.

Israël a lancé une nouvelle attaque aérienne contre le mouvement du Jihad islamique à Gaza. L’armée de l’Etat hébreu a lancé vendredi 5 août plusieurs frappes sur le secteur palestinien, ciblant le mouvement Jihad islamique et tuant un haut responsable du groupe, selon ce dernier, qui accusait Israël de vouloir “déclencher une guerre ” encontre. peuple palestinien.

L’armée israélienne évalue le bilan à quinze morts et affirme que ce qu’elle appelle “l’attaque préventive” “n’est pas encore terminée”. De son côté, le ministère de la Santé de Gaza avait fait état de la mort de huit personnes, “dont une fillette de cinq ans”, l’un de ses dirigeants, Tayseer al-Jabari.

L’armée a annoncé dans un communiqué que l’armée israélienne « bombardait la bande de Gaza » et que cette opération visait l’organisation du Jihad islamique. Peu de temps après, le Jihad islamique a annoncé le meurtre d’un de ses dirigeants lors d’un des raids. “L’ennemi a déclenché une guerre contre notre peuple, et nous devons nous défendre collectivement, nous et notre peuple, et nous ne permettrons pas à la politique de notre ennemi de saper notre résistance”, a déclaré le mouvement du Jihad islamique dans un communiqué.

Le Jihad islamique dit avoir tiré “plus de 100 missiles” en réponse

Des journalistes de l’AFP ont rapporté que des roquettes avaient été tirées depuis la bande de Gaza vers Israël. Cela a été confirmé par le Jihad islamique lorsqu’il a annoncé avoir lancé “plus de 100 roquettes” depuis la bande de Gaza vers Israël. Ce sera sa première réponse aux frappes israéliennes.

En réponse à l’assassinat du commandant en chef des forces armées, Taysir al-Jabari et de ses frères martyrs, les Brigades Al-Quds ont couvert Tel-Aviv, les villes centrales (israéliennes) et les environs de Gaza avec plus de 100 missiles. », ont déclaré les Brigades dans un communiqué.

Pendant ce temps, l’armée israélienne a indiqué que des sirènes avaient retenti dans les villes israéliennes de Yavneh et Lakish dans les territoires palestiniens du nord.

Opération israélienne contre une “menace immédiate”

« Israël a mené une opération antiterroriste spécifique contre une menace immédiate », a déclaré le Premier ministre israélien Yair Lapid à la télévision après les frappes. « Le Jihad islamique est un agent de l’Iran qui veut détruire l’État d’Israël et tuer des Israéliens innocents. (…) Nous ferons tout ce qu’il faut pour défendre notre peuple.

Il y a quelques heures, un certain nombre de Palestiniens ont été blessés lors de raids sur Khan Yunis dans le sud de Gaza, selon le ministère de la Santé du Hamas, une organisation islamiste au pouvoir.

Des témoins oculaires et des sources de sécurité palestiniennes ont déclaré à l’AFP avoir vu plusieurs raids, dont un dans le centre de la ville de Gaza.

Les raids font suite à l’arrestation du lundi 1il est août, au chef du Jihad islamique en Cisjordanie occupée, Basem al-Saadi. Les autorités israéliennes craignent des attaques de représailles depuis la bande de Gaza, l’enclave contrôlée par les islamistes où le Jihad islamique prend racine.

Peu de temps avant les frappes, le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, a affirmé que les forces israéliennes “se préparaient à toute action à entreprendre sur tous les fronts, dans les régions du nord, du centre et du sud d’Israël”. “A nos ennemis et en particulier aux dirigeants du Hamas et du Jihad islamique en Palestine, je voudrais assurer que votre temps est compté. La menace (pour le sud d’Israël) disparaîtra d’une manière ou d’une autre”, a-t-il déclaré. Selon un communiqué.

Passages frontaliers fermés

L’armée israélienne a ordonné mardi la fermeture des points de passage frontaliers, forçant des milliers de Gazaouis, qui détiennent des permis de travail en Israël, à rester chez eux. La fermeture a ralenti la livraison de carburant diesel, généralement transporté par camion depuis l’Égypte ou Israël et nécessaire pour faire fonctionner la centrale électrique de Gaza.

Son responsable a prévenu jeudi que cette unique centrale électrique risquait de fermer en raison de pénuries de carburant.

Selon l’Organisation mondiale de la santé, environ 50 personnes sont touchées chaque jour et quittent l’enclave pour se faire soigner.

Depuis 2007, l’État juif a imposé un blocus strict à Gaza, une enclave de 2,3 millions de personnes en proie à la pauvreté et au chômage.

Israël et des groupes armés à Gaza ont mené plusieurs guerres, dont la dernière en mai 2021. Les dernières frappes israéliennes sur Gaza ont eu lieu le 19 juillet, lorsque l’armée israélienne a pris pour cible une position du Hamas après qu’un coup de feu a été tiré depuis la bande.

Avec l’Agence France-Presse et Reuters

Leave a Reply

Your email address will not be published.