Le conspirateur Alex Jones ordonne que près de 50 millions de dollars soient versés aux parents pour avoir refusé de tirer sur Sandy Hook

Un tribunal du Texas a condamné vendredi le conspirateur américain d’extrême droite Alex Jones à payer une amende supplémentaire de 45,2 millions de dollars (plus de 44 millions d’euros) aux parents d’un garçon décédé lors de la fusillade de Sandy Hook en 2012.

Ce montant, en plus des 4,1 millions de dollars de dommages et intérêts, a décidé le tribunal jeudi, qu’Alex Jones doit également verser à Scarlett Lewis et Neil Heslin, dont le fils de 6 ans, Jesse Lewis, est décédé dans le massacre de cette école du Connecticut.

Le fondateur d’Infowars – qui n’était pas dans la salle d’audience pour entendre le verdict vendredi – avait nié la réalité de cette attaque sanglante, la pire attaque survenue dans une école américaine. Un jeune homme armé d’un fusil semi-automatique y a tué vingt enfants et six adultes, Alex Jones, figure d’extrême droite bien connue et théoricien du complot qui, malgré toutes les preuves, a affirmé sur son site que le massacre n’était qu’une étape spectacle mené par des adversaires armés.

Lire aussi Alex Jones, figure de proue du complotiste américain

Les dommages et intérêts accordés vendredi sont qualifiés de « punitifs » – une particularité du droit américain introuvable en France notamment. Elles visent à dissuader le condamné de récidiver, ainsi qu’à décourager toute autre personne de commettre le même acte. Au total, Alex Jones devra verser 49,3 millions de dollars aux parents de Jesse Lewis.

D’autres amendes devraient suivre

Wesley Poole, l’avocat de ce dernier, a présenté vendredi au jury avant qu’il ne se prononce : “Vous avez le pouvoir d’envoyer un message à tout le pays, même au monde (…). Il est l’arrêt Alex Jones. Arrêtez de monétiser la désinformation et les mensonges ». M. Ball leur a demandé “Pour s’assurer qu’il ne pourra plus recommencer”.

Les amendes infligées par un tribunal texan à Alex Jones jeudi et vendredi sont les premières dans cette affaire, mais elles font partie d’une série d’actions que des proches des victimes du massacre de Sandy Hook ont ​​intentées contre cet influent militant de Trump. Il a finalement admis publiquement le fait du meurtre, tout en refusant de coopérer avec les tribunaux. Plusieurs familles l’ont poursuivi en justice pour obtenir une indemnisation. Les juges du Texas et du Connecticut l’avaient déjà condamné par défaut à verser des dommages-intérêts aux plaignants, mais avaient laissé aux jurés le soin d’en déterminer le montant. D’autres sanctions financières devraient suivre et Alex Jones pourrait être privé de sa plateforme ; La santé financière de son entreprise suscite beaucoup de discussions.

Lire aussi : Cet article est réservé à nos abonnés États-Unis : entre déni et culte des armes, les républicains face au meurtre d’Ovaldi

Les tueries – fréquentes aux Etats-Unis – font souvent l’objet de théories du complot qui remettent en cause la véracité des faits, et provoquent parfois le harcèlement des proches des victimes accusées de mensonge.

Le monde avec l’AFP

Leave a Reply

Your email address will not be published.