Le PSG à l’épreuve du changement d’ère

Tout doit changer ! Tout va changer ! Au Paris-Saint-Germain, c’est désormais le mantra officiel. Après le nouvel échec enregistré en Ligue des champions – élimination en huitièmes de finale par le Real Madrid en mars – et une saison de championnat certes scellée par un nouveau titre, mais peu convaincante sur le plan du jeu et parfois un peu chaotique, la direction du club de football de la capitale a élevé la voix.

« Peut-être devrions-nous changer le slogan. “Rêver plus grand” [“rêvons plus grand”], c’est bien, mais aujourd’hui, il faut surtout être réaliste. On ne veut plus de flashy, de bling-bling, c’est la fin des paillettes”, a déclaré Nasser Al-Khelaïfi, le président du PSG, dans une interview à Parisienle 22 juin, dès que la page 2021-2022 sera tournée.

Avec la Ligue 1 reprenant ses droits à partir du vendredi 5 août, et un premier match pour eux samedi soir, à Clermont-Ferrand, l’heure est désormais venue pour les Parisiens d’apporter la preuve que ce changement d’ère est bien une réalité.

Deux hommes étaient chargés de l’incarner : le Portugais Luis Campos et le Français Christophe Galtier, respectivement nouveaux “conseiller de football” et nouvel entraîneur. Ils ont succédé à Leonardo et Mauricio Pochettino, tous deux licenciés en fin de saison dernière. A Paris, Luis Campos et Christophe Galtier reconstituent un couple qui avait bien fonctionné à Lille : ils y avaient remodelé le LOSC, menant le club au titre national, devant… le PSG, à l’issue de la saison 2020-2021.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Christophe Galtier au PSG, le choix du “made in France”

Mais Lille n’est pas Paris (et inversement). Si Christophe Galtier, 55 ans, ancien entraîneur de l’AS Saint-Etienne, du LOSC puis de l’OGC Nice (où il a connu une saison 2021-2022 contrastée), est reconnu en France comme un brillant entraîneur, il n’a jamais eu affaire à une si grande assemblée de ego avant.

Même s’il assurait, dès son arrivée début juillet, qu’avec lui ce serait “Le collectif d’abord, pas de compromis”, reste à savoir si la direction du club lui donnera le pouvoir de faire respecter son autorité. Ce qui n’a pas toujours été le cas pour ses prédécesseurs. “J’aime juste le football. Et dans un club comme celui-ci, ce n’est pas toujours que du football.” confiait Thomas Tuchel en décembre 2020, quelques jours avant son limogeage.

La quête infructueuse de la Ligue des champions

De plus, Christophe Galtier n’a pas décroché la moindre victoire en Ligue des champions : la seule campagne qu’il ait menée en compétition continentale – avec Lille – s’est transformée en fiasco (aucune victoire, un nul et cinq défaites en 2019-2020). Pourtant, la Ligue des champions est la quête inachevée depuis 2011 et l’entrée du club dans le giron de Qatar Sports Investments.

Depuis plus d’une décennie, des milliards ont été investis, des superstars se sont succédé, mais il n’y a toujours pas eu de sacre européen. Pire, la Ligue des champions semble provoquer d’importants “blocages” chez les joueurs parisiens, comme en témoigne l’élimination du Real Madrid la saison dernière : alors qu’ils gagnaient 1-0 au match aller, ils ont été battus 3-1 au match retour, encaissant trois buts. en dix-sept minutes, dans un scénario rappelant le “réparation” infligé par Barcelone en 2017 et Manchester United en 2019.

L’une des premières décisions de la nouvelle équipe dirigeante du PSG pourrait être de s’attaquer à ce “blocage”. Cet été, le club aurait décidé de mettre en place un suivi psychologique de ses joueurs. « Le PSG y pense depuis la gifle reçue contre le Real Madrid. Un psychologue à plein temps pourrait ainsi être recruté »annoncé L’équipe, dans son numéro du 25 juillet. Sollicité par Le monde, le club “ne confirme pas l’information”sans apporter de démenti formel.

Il y a “Tant de choses autour du foot, tellement de choses dans la tête, que ce n’est pas facile de garder la concentration plus de quatre-vingt-dix minutes”, a tenté d’expliquer Leonardo, le 16 juin, dans une interview accordée à L’équipeÀ propos de ces “réparation”. Ou comment évoquer l’aspect mental sans le nommer.

“Bien sûr qu’il y a un traumatisme”, note Denis Troch, préparateur mental dans le sport de haut niveau, notamment en Ligue 1. » Même si tu veux oublier ces peurs, ces peurs, il y aura des journalistes qui te rappelleront que tu as perdu contre le Real, Manchester United et le Barça. Il faut se protéger de ça, ça s’apprend”, poursuit l’ancien entraîneur, champion de France 1994 avec le PSG en tant qu’adjoint d’Arthur Jorge.

Denis Troch confie avoir été approché pour effectuer un travail de préparation mentale avec le PSG peu avant la « remonté » au Camp Nou, en 2017. Mais cela ne s’est pas fait. “Je pense qu’après ce match, ils n’ont pas voulu montrer leurs défauts” il explique.

Christophe Galtier est ouvert sur cet aspect : il travaille avec un préparateur mental. “Je suis sûrement l’un des rares à parler de préparation mentale, à avoir quelqu’un sur qui s’appuyer pour décharger plein de choses”il a dit dans un podcast de L’équipeun mars 2021.

Travailler avec un effectif réduit

La volonté affichée des dirigeants parisiens de « rêver plus petit » vaut aussi pour le recrutement. Les saisons précédentes ont montré que les “grands noms” ne répondent pas toujours aux besoins de l’équipe, à commencer par le septuple Ballon d’Or argentin Lionel Messi, dont la première saison est restée en deçà des attentes.

Si le PSG a prolongé le contrat de son meilleur joueur – et ambassadeur – Kylian Mbappé jusqu’en 2025, l’arrivée du défenseur Nordi Mukiele (24 ans), recruté 12 millions d’euros du RB Leipzig (Allemagne), et celle de l’attaquant Hugo Ekitike (20 ans), de Reims (prêt avec option d’achat), sont moins clinquants que ceux, à l’été 2021, de Lionel Messi, Gianluigi Donnarumma, Sergio Ramos ou Achraf Hakimi.

Le club a également investi plus de 40 millions d’euros pour attirer le milieu de terrain Vitinha (22 ans, qui évoluait au FC Porto) et a déboursé environ 15 millions d’euros pour le meneur de jeu Renato Sanches, qui évoluait à Lille. Ces internationaux portugais sont tous deux représentés par Jorge Mendes, un agent proche de Luis Campos. « Campos est quelqu’un qui a toujours une longueur d’avance. C’est important pour le PSG, qui avait l’habitude de faire des mouvements de dernière minute dans le mercato.souligne Eric Rabesandratana, ancien joueur du PSG, aujourd’hui consultant au micro de France Bleu.

Lire aussi : Les accents gaullistes de Kylian Mbappé, qui reste à Paris

Reste au club à régler la question des départs. Autre problème qu’il n’a jamais vraiment su gérer ces dernières années lors du mercato, les joueurs s’entassant par couches. Avant d’aller disputer une série de matches amicaux au Japon en juillet, Christophe Galtier a déclaré son envie de travailler avec un effectif réduit.

Pour quel effet ? Non invités pour cette tournée au Japon, les défenseurs Layvin Kurzawa et Thilo Kehrer, les milieux de terrain Rafinha, Ander Herrera, Julian Draxler et Georginio Wijnaldum font partie des “indésirables”. Pour l’heure, hormis ce dernier, prêté à l’AS Roma pour une saison avec option d’achat, aucun de ces autres joueurs aux gros salaires n’a encore été vendu et ils s’entraînent dans un groupe distinct de l’effectif principal du Camp des Loges. . Pour eux, “la fin des paillettes” commencé à avoir un sens.

Forfait Kylian Mbappé

Il faudra patienter encore un peu avant de voir Kylian Mbappé revenir sur les terrains. L’attaquant du PSG, blessé aux adducteurs, est forfait pour le déplacement à Clermont, samedi en ouverture de la Ligue 1. Il « restera en prise en charge au centre de formation. Un nouveau point sera fait dans 72 heures », a indiqué le club. Comme lors du Trophée des champions, remporté contre Nantes dimanche 31 juillet (4-0), il devrait être remplacé par l’Espagnol Pablo Sarabia.

Leave a Reply

Your email address will not be published.