Narbonne : l’appel de Nicolas Sainte-Cluque aux maires de l’agglo “pour ramener Didier Mouly à la raison”

Pas de trêve estivale pour Narbonne en commun, le groupe d’opposition au conseil municipal, emmené par Nicolas Sainte-Cluque. Il fustige la méthode Mouly sur divers dossiers et, sur celui du départ des Grands Buffets, appelle les maires et vice-présidents du Grand Narbonne à intervenir auprès de Didier Mouly pour l’intérêt du territoire.

Pour Nicolas Sainte-Cluque, le leader du groupe d’opposition Narbonne en commun, “la situation est grave”. Tellement sérieux qu’accompagné du vice-président du Conseil départemental et conseiller municipal Patrick François, des conseillers municipaux Bruno Brehon et Philippe Cazal, et de Renaud Laus, il a rompu la trêve estivale ce vendredi. Dans son viseur “les décisions incompréhensibles depuis les mois de juin et juillet de Didier Mouly qui mettent en péril l’économie de tout notre territoire, le monde associatif et le pouvoir d’achat de nos concitoyens, sans que les élus de sa majorité ne se soucient de bouger à une exception près”.

“Il y a un esprit de clan”

Le départ annoncé des Grands Buffets est revenu en premier sur la table. “Un vrai tremblement de terre pour le monde économique !” assure Nicolas Sainte-Cluque. « Didier Mouly n’a rien compris à l’économie. Il entraîne Narbonne et tout le territoire vers la banqueroute. Pour remplir l’Arena, le musée Narbo Via, le théâtre, pour créer de l’activité, il faut du monde, de l’attractivité. aimant. Et quand je vois qu’il ne répond pas aux sollicitations de Louis Privat, mais quel mépris. C’est sa façon de faire. J’appelle les maires et vice-présidents de l’agglomération à ramener Didier Mouly à la raison. Ils doivent essayer de faire Louis Privat change d’avis dans l’intérêt du territoire. Et arrête de frapper Louis Privat par communiqué. Si Louis Privat avait voulu s’enrichir, il l’aurait fait depuis longtemps. Et critiquer cette mentalité managériale “En bon père de famille, au final ce n’est qu’entre soi, on a l’impression qu’il ne veut pas de nouvelles personnes, avec des idées, avec de l’argent, pour s’installer à Narbonne, il y a un esprit de clan”.

A lire aussi :
Les Grands Buffets de Narbonne menacent de déménager : l’inquiétude du monde économique

Le “mépris” de Didier Mouly avec ses interlocuteurs

La rafale des maires de l’agglomération a-t-elle commencé par la démission d’un vice-président de l’agglo, le maire de Montredon, Jean-Marc Jansana ? « Nous saluons cette décision courageuse. Il a pointé le manque de discernement de Didier Mouly pour le développement économique de l’agglomération, notamment en ce qui concerne l’accessibilité par une ligne de bus à la nouvelle clinique privée du Grand Narbonne et du futur pôle de santé qui ne peut que attirer les professionnels s’ils sont assurés d’être accompagnés et soutenus par la communauté”, précise Renaud Laus. Un autre dossier qui pour Narbonne en commun témoigne de la “mépris” affiché par Didier Mouly auprès de ses interlocuteurs, celui de “le licenciement de la Ligue Occitanie Rugby” de son immeuble, “sans aucun échange possible avec Alain Doucet, le président de la Ligue d’Occitanie”. Et c’est Patrick François qui s’y colle : « Décision difficile à comprendre, quand on sait qu’un accord a été signé avec France 2023. Cet accord confirme l’engagement de la Ville comme camp de base afin d’accueillir une délégation étrangère dans le cadre de la Coupe du Monde de Rugby à XV en 2023. Quelle image : Narbonne, terre de rugby mais plus de championnats ! Et le vice-président du conseil départemental d’énumérer “les nombreuses associations qui voient leurs subventions supprimées ou réduites de manière totalement discrétionnaire comme le Vélo Sprint Narbonnais, le club Fight Impact, le refus de l’association des Assistantes maternelles au forum des associations”.

A lire aussi :
Narbonne : la Ville enflamme la Ligue Occitanie Rugby

A lire aussi :
Narbonne : la Ville met fin à la Ronde des quais organisée par le Vélo sprint narbonnais

La question de la situation financière de Narbonne Volley a été abordée par Bruno Brehon. “Les finances du club sont impactées par le coût de l’utilisation dite gratuite de la salle Arena qui lui coûte en fait près de 100 000 € par an et le manque de revenus du club. Et Didier Mouly avec sa mauvaise foi bien rodée déclare qu’il s’interroge sur les finances du club et que l’Arena n’y est pour rien ? En tant que premier magistrat, il est parfaitement au courant de la situation du Narbonne Volley depuis le début, d’autant plus que l’opposition municipale a à plusieurs reprises attiré son attention sur le fait que cette salle multimodale n’était pas adaptée à un tel sport compte tenu du coût élevé de son fonctionnement. Philippe Cazal a pour sa part souligné la précarité du pouvoir d’achat, “avec l’augmentation de 31% pour les familles les plus précaires du prix des cantines, l’augmentation des entrées piscine à la rentrée”.

A lire aussi :
Rétrogradation de Narbonne Volley : le rapport aux frais de la Fédération

A lire aussi :
Rétrogradation administrative de Narbonne Volley : “Les Arènes n’y sont pour rien”, clame le maire Didier Mouly

Pour Nicolas Sainte-Cluque, la ville souffre terriblement de la “Le manque de discernement de Didier Mouly et ses sautes d’humeur de plus en plus fréquentes qui mettent en péril le développement économique de notre ville”. La rentrée politique, et notamment les premiers conseils municipaux et communautaires, s’annonce animée.

Leave a Reply

Your email address will not be published.