Quatre policiers inculpés deux ans après la mort de l’Afro-américaine Briona Taylor

La police est accusée d’avoir fait un usage excessif de la force et d’avoir menti sur le mandat de perquisition.

Plus de deux ans après le drame, et alors que la justice locale a passé l’éponge, le ministère de la Justice a inculpé jeudi quatre policiers américains pour leur rôle dans la mort de la jeune femme noire, Breonna Taylor, devenue le mouvement Black Lives Matter . icône.

Le ministre Merrick Garland a déclaré lors d’une conférence de presse que l’un des officiers était accusé d'”usage excessif de la force”, tandis que les trois autres étaient accusés d’avoir “falsifié” le mandat de perquisition à l’origine de l’opération.

“Cela fait 874 jours que j’attends ça”, a répondu la mère de la jeune femme, Tamika Palmer. “Mais ça reste douloureux”, a-t-elle ajouté devant les caméras, reprochant aux autorités locales de ne pas “faire ce qu’il fallait”.

Dans l’ombre de George Floyd

Le 13 mars 2020, trois policiers de Louisville, la plus grande ville du Kentucky, ont fait irruption au domicile de Briona Taylor, 26 ans, au milieu de la nuit dans le cadre d’une enquête sur un trafic de drogue visant son ex-petit ami. Son nouveau compagnon, Kenneth Walker, a pensé qu’il s’agissait de voleurs et a tiré avec une arme légalement détenue. La police a répondu et Briona Taylor a pris environ 20 balles.

Les agents étaient armés d’un soi-disant mémo “pas de frappe”, qui leur permet de défoncer la porte sans avertissement. Ils prétendent s’être tous déclarés, ce que Kenneth Walker conteste.

La mort de Breonna Taylor n’a pas beaucoup attiré l’attention jusqu’à la mort de l’Afro-américain George Floyd, asphyxié par un policier blanc en mai 2020. Le nom de la jeune femme était alors scandé dans toutes les manifestations estivales contre le racisme.

Une délégation qui interroge

Malgré l’indignation, en septembre 2020, les procureurs locaux ont porté des accusations contre un seul policier, non pas pour le meurtre de Briona Taylor mais pour “avoir mis en danger son voisin” en déchargeant son arme à travers une barrière. Puis Louisville a pris feu. Le policier Brett Hankson, 46 ans, a été acquitté en mars dernier d’un sentiment d’injustice dans les milieux antiracistes et au sein de la communauté noire de la ville.

La justice fédérale a finalement décidé de l’inculper pour “usage excessif de la force”. Le garde des sceaux s’est justifié, “Il a tiré dix coups de feu à travers une fenêtre et une porte-fenêtre recouvertes de rideaux occultants.”

Trois de ses anciens collègues qui n’ont pas participé au raid, Joshua Gaines, Kyle Meaney et Kelly Godlett, sont accusés d’avoir menti sur le mandat de perquisition à l’origine du drame.

“Les accusés savent que l’ordonnance contient des informations fausses et trompeuses, et que (les informations) ont été omises”, a expliqué Merrick Garland. “Ils savaient que cela pouvait créer une situation dangereuse et nous confirmons que ces actions illégales ont entraîné la mort de Mme Taylor”, a-t-il ajouté.

La note confirmait que la police avait vérifié que l’ex-petit ami de Briona Taylor avait reçu des colis au domicile de cette dernière. “MM. Gaines et Goodlett ont appris que ce n’est pas vrai”, a déclaré le ministre. Selon lui, les agents “ont alors agi pour dissimuler leurs crimes” et ont notamment menti au FBI.

“C’est un grand pas vers la justice”

L’annonce des poursuites a été saluée par les proches de Breonna Taylor, qui ont exigé le renvoi immédiat des clients qui restent à leurs postes.

Le célèbre avocat Ben Crump, qui représente cette famille et de nombreuses victimes noires de violences policières, a commenté : « C’est un grand pas vers la justice. “Il est temps que les policiers impliqués dans la dissimulation s’arrêtent et assument la responsabilité du meurtre de cette jeune femme noire innocente”, a-t-il ajouté.

Pour apaiser le climat et mettre fin à une plainte civile, la municipalité de Louisville a accepté de verser 12 millions de dollars à la famille de Breonna Taylor et de se lancer dans de premières réformes policières. Les pratiques de ses forces de l’ordre font toujours l’objet d’une enquête de la part du gouvernement fédéral.

Article original publié sur BFMTV.com

Vidéo – Akhenaton – La Ves Kachi : “J’ai vu la douleur dans les yeux de mon fils qui m’a dit : Papa, je suis contrôlé trois fois par jour”

Leave a Reply

Your email address will not be published.