Tour d’Espagne – Julian Alaphilippe : “J’espère que ça va revenir…”

Après sa très courte couverture sur le Tour de Wallonie à cause du Covid – il a encore eu le temps de se rassurer en s’imposant au sommet du Mur de Huy le premier jour – Julien Alaphilippe sera dimanche, et ce pour la première fois de sa carrière, au début de Tour de Louvain – Mémorial Jef Scherens. Sur les routes où il a remporté son deuxième titre de champion du monde il y a un peu moins d’un an, le Français de la L’équipe Quick-Step Alpha Vinyl – qui se poursuivra ensuite avec la Tour de l’Ain (9-11 août), puis normalement le Tour d’Espagne (19 août au 11 septembre) – essaiera de redémarrer la machine à nouveau. N’ayant aucune certitude sur son niveau, le coureur de 30 ans aborde cette semaine de course dans l’inconnu, comme il l’a expliqué ce vendredi lors d’une conférence de presse virtuelle.

Vidéo – Alaphilippe… avant de revenir à Louvain presque un an plus tard

“J’ai le moral et j’ai envie de faire des efforts”

“Je suis très content de retrouver la course, et surtout là-bas, à Louvain, où j’ai beaucoup de souvenirs. Après, je ne sais pas trop comment je me sens. C’était quelques jours compliqués après le Tour de Wallonie, j’étais encore malade et j’ai fait presque une semaine sans entraînement. Mais je veux courir dimanche, puis sur le Tour de l’Ain. Ça va être du rythme et des efforts importants avant d’aller sur La Vuelta, le but étant de amusez-vous et voyez comment je me sens après le Covid.” Dans l’incertitude sur le plan physique, Julien Alaphilippe par contre se sent bien dans la tête avant cette reprise.

“Je suis de bonne humeur, même si c’était un peu dur d’avoir encore ce revers sur le Tour de Wallonie. J’avais l’impression que tout était rentré dans l’ordre, j’étais super content d’avoir pu gagner la 1ère étape , mais le lendemain, j’étais complètement à l’arrêt, j’avais vraiment un mauvais pressentiment et j’ai dû quitter la course avec le Covid. Là, les symptômes ont disparu, mais je sens qu’il y a encore un peu de fatigue. Les derniers jours à l’entraînement n’étaient pas incroyables, mais j’ai le moral, j’ai la patate et j’ai envie de faire des efforts, en espérant que la malchance me laisse un peu tranquille.”

“Depuis le début de la saison, ça ne s’est pas du tout passé comme je le voulais”

Chute en début de saison, son accident à Liège-Bastogne-Liègele Covid à Tour de Wallonie… le natif de Saint-Amand-Montrond a connu une série de pépins en 2022, même si les saisons précédentes avaient été couronnées de succès. “Il faut prendre du recul sur tout ça”il répond lorsqu’on lui demande comment il voit la situation. “J’ai réussi à enchaîner plusieurs saisons de haut niveau, sans gros revers et avec pas mal de résultats, mais cette année, je n’ai pas l’impression d’avoir beaucoup de vent dans le dos. Depuis le début de la saison , ça ne s’est pas du tout passé comme je le voulais, mais il faut s’adapter, pas le choix, et surtout garder le moral et ne pas s’inquiéter de son sort. A venir, La Vuelta, les Mondiaux et le Tour de Lombardie, il n’y a que des bonnes choses à prendre, donc j’espère que ça reviendra.”

“Si je peux être à 100% sur au moins un jour important d’ici la fin de la saison…”

Logiquement, il ne se sent pas encore au sommet de son art – “Je ne suis définitivement pas au top de ma forme” – mais croyant qu’il n’est pas dans la rue non plus – “Je ne manque pas de condition car j’avais tout fait pour revenir à la normale sur le Tour de Wallonie, et ça avait plutôt bien commencé”Julien Alphaphilippe exprimé un vœu pour la fin de la saison. “Si je peux retrouver mon meilleur niveau et être à 100% sur au moins une journée importante d’ici la fin de la saison – qu’il y ait une victoire ou pas à la fin – je serai super content, je n’aurai pas de regrets et ce serait un pari réussi pour moi”conclut celui qui devrait former un duo redoutable avec Remco Evenepoel à la prochaine Tour d’Espagne (19 août – 11 septembre).

Leave a Reply

Your email address will not be published.