Geyoro voit une trilogie, Les Bleues commencent par un festival ! – Résumé et notes des joueurs (France 5-1 Italie) – football

Grâce à une première période de grande qualité, la France a joué contre l’Italie (5-1) dimanche lors de la première journée du groupe D du Championnat d’Europe féminin. Avec la trilogie, Grace Geyoro a réalisé une performance impressionnante.

Grace Geyoro a joué avec Les Bleues.

Les Bleues ont parfaitement débuté l’Euro féminin ! Lors de la première journée du groupe D, l’équipe de France a facilement battu l’Italie (5-1) dimanche. Grâce à un trio de Grace Giroud notamment, les Françaises ont joué et ont été heureuses en première mi-temps.

Malgré un second mandat moins bien rempli, les joueuses de Corinne Diacre ont eu raison de prendre la tête de ce groupe devant l’Islande et la Belgique, qui n’ont pas réussi à s’échapper (1-1).

Les Bleues sortent, profitez de Geyoro !

Dès les premières minutes, les Bleus se sont montrés dans le camp adverse en mettant beaucoup de pression sur les Italiens. Cependant, Bonansea a obtenu sa première chance de match en butant contre Peyraud-Magnin ! Le temps s’est calmé grâce à cette alerte, les joueurs de Diacre ont avancé et ouvert le score d’un centre de Diani sauvé par Gama sur Giroux, qui a marqué d’un tir à bout portant (1-0, 9). Au milieu de la foule, le gardien Giuliani commet une faute sur un centre de Karachawi et Katoto en profite pour faire le break (2-0, 12) !

Dans une démonstration, les Français erratiques et Catuto, de la tête sur le poteau, puis Cascarino, ballon perdu devant la cage vide, s’apprêtaient à enfoncer le clou… Plus tard, le rythme a logiquement faibli, mais le Les Bleus ont gardé le contrôle. Avant la pause, Casarino a participé à la fête en décochant une superbe frappe entrant dans la surface (3-0, 39e place), avant d’inscrire un nouveau but de Giroud, qui a éliminé Giuliani après un superbe service de Catoto (4-0, 41e) . ) ! Étonnante ! Après que Giuliani ait sauvé Diani, le gardien italien n’a pas évité de chuter d’un triplé à Geyoro (5-0, 45) !

Le Piémont préserve l’honneur

Au retour des vestiaires, le rythme s’est logiquement ralenti avec les Françaises les moins aventurières. Les Italiens, au contraire, ont tenté de récupérer, mais des erreurs techniques enchaînées. Après avoir plongé dans un cauchemar, les nazis pensaient se noyer un peu plus avec l’expulsion de Gama, mais la VAR est intervenue pour punir le capitaine italien uniquement en jaune malgré l’énorme choc de Giorro.

Moins concentrée, la France déjouait et le Piémont, après un bon centre de Poatain, parvenait à sauver l’honneur d’une tête lobée (5-1, 77). Après ce but, Pacha, d’un superbe arrêt sur sa séquence, et Peyraud-Magnin, d’un bel arrêt de la tête du Piémont, ont permis aux Bleues de s’entraîner jusqu’au coup de sifflet final. Avec une si large victoire, le choix des trois couleurs est en tout cas un début parfait pour cette compétition.

Résultat du match : 7,5/10

Du vrai show pour l’équipe de France ! Pour les supporters français, ce match était logiquement amusant avec un jeu attractif, du rythme et de nombreux buts en première mi-temps. Cependant, on peut tout de même regretter un long segment unilatéral et un deuxième chapitre moins animé.

Objectifs :

Brissett effectue un bon déplacement côté droit, Diani élimine son adversaire avant de centrer dans la surface de réparation. Le ballon est mal contré par Gama, et le ballon revient sur Giro, qui ouvre le score à bout portant d’un tir (1-0, 9).

– Il court en profondeur sur la gauche après une longue passe de Renard, Karchaoui effectue une passe croisée étroite au premier poteau. Pourtant seul, Giuliani passe à côté et donne à Catuto la flagellation qui lui casse un point (2-0, 12).

– Servi à l’entrée du pont côté gauche par Karchaoui, Cascarino décide de planter dans l’axe avant de décocher un coup d’éclat pour tromper Giuliani (3-0, 39) ! Fabuleux !

– Après un revirement de Renard, Brisset fait venir Katuto, qui met immédiatement le ballon en faveur de Giroud. D’un contrôle heureux, la Française fonce vers le but, et élimine la gardienne italienne avant qu’elle ne marque dans le filet vide (4-0, 41e).

– Sur un ballon que Giro a récupéré trop haut, Tolletti s’est retrouvé au service du côté gauche. Du centre de la défense dans la surface, il a trouvé l’enfermement de Giroux, qui s’est offert un triplé d’une frappe croisée (5-0, 45e). Quelle démonstration !

Du côté gauche, Boattin fait une grande plaque tournante dans la région. Parfaitement positionné derrière Renard mais devant Carshawi, Piedmont ajustait une belle tête pour tromper Berrod Magnin (5-1, 77).

notes françaises

Maxifoot a donné une note (sur 10) pour chaque joueur en France commentaires

Femme du match : Grace Giroux (9,5/10)

Quelle performance pour le joueur de l’équipe de France ! Un temps incertain pour cet Euro Après l’alerte au genou, la Française était bien préparée pour débuter cette compétition. Et quel jeu ! Au milieu de terrain, elle a clairement appliqué sa loi et tiré parfaitement sa rencontre en ouvrant le score à bout portant. Sûrs d’eux-mêmes après cela, les Parisiens du football l’ont suivie avec deux autres buts pour décrocher le triplé. Fabuleux ! Remplace la 66e minute par Pull Dali (inconnu).

France:

Pauline Pérod Magnin (7) Le gardien français a été solide. En début de match, la joueuse de la Juventus Turin a tout donné pour sauver ses partenaires en remportant un duel face à Bonanci. Et même alors, sans grand risque, elle dégageait un beau calme dans ses interventions. Quant au but de Piemonte, elle n’a rien à se reprocher. Enfin, on a savouré sa dernière bosse face au Piémont.

Eve Brisset (6.5) : En début de match l’équipe a été battue à l’occasion de Bonansea. Néanmoins, la joueuse de Chelsea a bien relevé la tête, notamment avec une agressivité positive dans les duels. J’ai participé à deux buts (le premier et le quatrième), c’était intéressant avec un visage offensif.

Aissatu Tonkara (6) Mbok préfère ce match, le défenseur de l’Atletico Madrid a justifié la confiance de l’entraîneur Corinne Diacre. Avec Renard, elle a formé un lien solide malgré ses quelques appréhensions quant à l’opportunité de Bonansea. Siren, la Française a été à la hauteur de cette rencontre.

Wendy Renard (7) : Le capitaine de l’équipe de France a perdu un air d’escrime en début de match à l’occasion de Bonancy. Ce qui est quasiment la seule action négative de son jeu ! Après cela, l’équipe Lyonnaise a complètement dominé les discussions. Sur le front défensif, les jeunes Italiens ont étouffé avec une présence impressionnante dans les duels. Puis surtout, elle s’est félicitée de ses augmentations, avec de nombreux ballons longs pour tirer ses coéquipières, notamment sur deux buts (deuxième et quatrième). On peut tous regretter son petit oubli dans son dos sur l’enquête Piemonte.

Sakina Karchaoui (7) Côté gauche, le latéral français s’est montré particulièrement offensif. Récupérée de ses fonctions défensives grâce à la domination des Bleues, la Parisienne était relativement peu en danger et était notamment réputée pour ses montées raides. Décisif dans le but de Katoto avec un centre sévèrement contré par le gardien adverse, il a aussi fait de Cascarino son propre but. Petit hic : son oubli du but du Piémont. Remplace la 87e minute par Sandy Baltimore (sans note).

Grâce Giroux (9,5) : Lire le commentaire ci-dessus.

Charlotte Belbolt (6.5) : Dans un rôle dans l’ombre, l’internationale française a gardé son rang au maximum. Dans ce secteur du jeu, les Italiens ont rencontré de grosses difficultés grâce à l’important travail que l’Héraultaise a fait à la récupération. De plus, c’était intéressant dans le sens du jeu avec une bonne transmission.

Sandy Toletti (7) : Forcément moins dans la lumière par rapport à Giroud, la Française n’a pas encore peiné dans l’entrejeu. Très actif, le joueur de Levante s’est battu pour tous les ballons et a su bien lâcher. De plus, elle a été récompensée pour ses efforts par une passe décisive pour le troisième but de Geyoro.

Kadidato Diani (7) : Côté droit, le Parisien a eu du jus ! Immédiatement avec le bon tempo, la Française a plongé Bouatene dans un véritable enfer, toujours en lutte contre lui. Avec sa vivacité, elle a fait la différence dans l’ouverture en déclenchant une erreur gamma. Même sans être décisive par la suite, elle a continué à créer du danger, comme un coup repoussé par Giuliani. Remplace la 77e minute par Salma Pacha (inconnu)qui a superbement sauvé sur sa ligne en toute fin de match.

Marie-Antoinette Catuto (8) : L’attaquant de l’équipe de France a fait un excellent match ! Particulièrement intéressant dans le jeu grâce à ses détournements, le Parisien a profité d’une erreur fatale de Giuliani pour se frayer un chemin dans le réseau. Dans la foule, elle a failli doubler avec un poteau vertical dans le prisme. Après cela, elle a bien joué, imaginez une belle passe décisive pour le deuxième but de Geyoro. Remplace la 77e minute par Olimata Sar (inconnu).

Delphine Cascarino (7,5) : A gauche, le joueur de l’équipe de France a activement participé au festival offensif des Bleues. Plutôt que d’être initialement secrète, l’équipe lyonnaise a commencé à travailler avec Caviar Catuto, qui a trouvé le poste. Lance, a décoché un superbe coup de pied sur l’entrée du toit pour marquer avant la pause. Elle aurait aussi pu aider Diani, qui a marqué un but à Giuliani. Malheureusement, elle se blesse au genou et est remplacée à la 66e minute par Melvin Mallard (sans note).

Et vous qui étiez les meilleurs et les pires joueurs du jeu ? réaction dans le quartier “commentaires” moins !

fiche technique
France 5-1 Italie (1ère mi-temps : 5-0) – Euro Femmes – Groupe D / Journée 1
terrain: Stade de New York – Régner: Rebecca Welch

Bottes: Giroud (9, 41, 45), Catuto (12), Cascarino (39) pour la France ; Piémont (77) pour l’Italie.
Avertissements: Poitin (16e), Simonetti (51e), Gama (63e) pour l’Italie.

France: Berod Magnin – Brisset, Tonkara, Renard, Karchawi (Baltimore, 87H) – Giro (Dali, 66H), Billbolt, Toletti-Dianne (Pasha, 77E), Katoto (Sar, 77E), Cascarino (Mallard, 66e).
Italie : Giuliani-Bartoli, Gama, Linari, Pauten-Caruso (Piémont, 73), Giugliano (Simonetti, 45), Galli (Rosucci, 45) – Bergamacchi, Girelli (Giacente, 57), Bonanci (Di Guglielmo, 81).

La joie des bleus lors de l’ouverture du score de Geyoro (1-0, 9)

A bout portant, Katoto a trouvé le chemin des filets (2-0, 12e place)

Casarino a participé à la fête avec un joli coup de pied (3-0, 39e place)

Le grand sourire de Giroux après son deuxième but (4-0, 41)

Au milieu de la foule, les Français ont réussi un triplé (5-0, 45)

Le Piémont a sauvé la tête d’honneur (5-1, 77)

Leave a Reply

Your email address will not be published.