Nozha met en scène la nourriture et les gestes

toiRecouvrant sur une nappe, un îlot de calme et de confort au milieu d’une mer déchaînée de contre-courants – notre vie urbaine contemporaine – un pique-nique donne forme et vie à la scène de la nourriture et des gestes. Il s’ouvre comme un arc, il devient un radeau et une dérive ensoleillée. Adieu aux icônes de la navigation, loin des modes et des standards, elle propose, dans un premier temps, de devenir un lieu éphémère pour prendre des libertés et des rebondissements culinaires.

Cubes de fromage fondu enveloppés dans du papier imprimé puzzle, sticks de bonne humeur, chips aux saveurs artificielles folles : A l’ombre de la société, salade de fenouil à l’orange, préparée respectueusement pour le circuit court et le cycle des saisons, un après-midi volé cohabite avec des manies culinaires de genèse douteuse, si ce n’était pas criminelle.

Les verres se cassent ou fuient, les cigarettes tombent là où elles ne devraient pas. Mais rien de grave, toutes ces possibilités contribuent à l’appréciation du présent.

Sans trop attendre, le petit groupe mettra en place la distribution des saveurs et organisera déjà la future collecte des déchets et ustensiles usagés. Couverts Tupperware, restes dans saladier, s’il vous plaît, merci, servez-vous. Mais, très vite, l’insouciance aide, et l’imprévu s’en mêle. Les verres se cassent ou fuient, les cigarettes tombent là où elles ne devraient pas. Mais rien de grave, toutes ces possibilités contribuent à l’appréciation du présent. N’appelle pas ça désordre, au contraire c’est la vie, panier d’osier Déjeuner sur l’herbe que Manet a peint, s’était secoué, nota un invité.

Lire aussi : Bronzage, image de marque

Servir les autres, interrompre ceci, publier cela, transmettre, demander : le parc consacre une part non négligeable de son temps à transmettre les gestes de l’autre, comme au sein d’une chaîne. Cette organisation tellurique ne va pas sans se confronter à la nature. Une nouvelle galerie de gestes et de comportements s’ouvre. On s’allonge, on se déshabille, on échange des symboles qui n’ont plus de sens pour mieux se recentrer sur la société.

Ces sorties, comme les vacances, les randonnées ou les retraites spirituelles, enrichissent l’éventail des formes et des expressions de nos errances. Aller loin, rêver de ne jamais partir, mais finir toujours par revenir, recharger ces moments joyeux, cachés et partagés que l’on souhaite faire perdurer.

Lire aussi Cet article est réservé à nos abonnés Le pique-nique libanais de Gabriel Beck
Panier isotherme, Les Jardins de la Comtesse, 53 €.  Bracelet Menottes en or blanc et diamants, Dinh Van, 8 250 €.  Ménagère en fibre de bois, penny, 5,90 €.
Saladier et couverts blancs, Ralph Lauren Home, 225 € et 150 €.  Assiette tapas, Mercy Paris, 75 euros.  Verre parapluie, coffrets Margaux Keller, 112 € les 4. Cuillère Dashi Yoru, bocaux, 29,80 €.  Serviette La Romaine Editions, 20 €.  Tableau d'Apolline, Beldi, 30 €.
Tableau Bas Sultan, 250 euros.  Tomate sel et poivre, popolo, 24 euros.  Peinture, Maison de Ralph Lauren, 40 €.
Collier de perles et diamants en Akoya, Mikimoto, prix sur demande.  Assiette pelle, verseuse et assiette plate Yli, Revol, 29 €, 49 € et 34 €.  Gobelet, Helen B, à Fleux, 14,90 €.
Plaid en lin, Le Monde Sauvage, 215 €.  Panier, Hermès 3500 euros.  Assiette et bol Revol, 28 € et 22 €.

Leave a Reply

Your email address will not be published.