La France écrase l’Italie pour entrer dans la compétition

Les Bleues n’ont pas eu le temps. Dernière grande nation à avoir participé à l’Euro de football féminin, les joueuses de Corinne Diacre commencent à manquer de patience dans leur camp de campagne à Ashby de la Zouche, et elles sont impatientes de se battre dimanche. Le 10 juillet, sur gazon propre au New York Stadium de Rotherham (Grande-Bretagne).

Et j’ai ressenti, avec les Françaises s’élancer tôt, avant la fin du compte à rebours officiel. Puis ce fut au tour du tableau d’affichage de fonctionner, et non d’afficher le chronomètre de jeu. Quoi qu’il en soit, il a fallu moins de la moitié du temps avant que le Tricolore ne plie face à l’Italie (5-1), mais un potentiel épouvantail du groupe D a été annoncé.

Rejouer la réunion : Euro féminin 2022 : Les Bleues démarrent fort face à l’Italie

Près de seize ans après le jour où la France et l’Italie se sont disputées le 9 juillet 2006 la finale masculine de la Coupe du monde – que les Bleus ont perdue aux tirs au but – les Français n’ont pas pris la peine de jouer sur les nerfs de leurs supporters. La lecture du match aurait été complètement différente si Pauline Perod Magnin n’avait pas arrêté le match, et laissé du bout du pied droit comme une handballeuse le tir du point de départ de l’Italienne Barbara Bonan C (4).e), alors que le résultat est encore vide.

bonheur touché

Après ce coup de chaud est venue Storm Grace Giroux, auteure de triplés et logiquement joueuse du match. Le ressortissant du Paris Saint-Germain, qui s’était blessé lors de sa préparation, revient juste à temps pour assister à ce rendez-vous continental. Marie-Antoinette Catuto (12 .)e) et Delphine Cascarino (38e) Remplissez le tableau de bord.

La milieu de terrain de 25 ans, peu utilisée lors de la Coupe du monde 2019, a confirmé le poids qu’elle a pris dans le match. Dans un club parisien pendant plusieurs saisons. Le numéro 8 a su accélérer quand le jeu l’exigeait. La maison de Kolwezi (adversaire République Démocratique) a profité d’une grande liberté dans l’entrejeu pour se retrouver souvent près de la surface, comme lors du match d’ouverture (9e), ou sur la quatrième base (40e).

“J’ai pu obtenir beaucoup d’occasions, et j’ai également reçu un bon service de mes coéquipiers, tant dans les centres que dans les déviations. J’ai essayé le plus possible d’appuyer les actions.” Décodez le joueur lors d’une conférence de presse et posez la coupe individuelle sur la table.

Très expressive dans sa zone technique de chaque but pour son équipe et souriante en fin de match, Corinne Diacre a taclé la deuxième classe au micro de TF1 en fin de match : “Tu dois te faire beaucoup de mal” technique a plaisanté.

Lire aussi : Championnat d’Europe de football de l’UEFA 2022 : la France à la recherche de son premier titre majeur

Un but et une passe décisive pour Katoto

Le trio parisien était de leur côté, avec Kadidiatou Diani extrêmement anxieuse sur son flanc droit, torturant Lisa Poitier en side-car à plusieurs reprises. Marie-Antoinette Catuto a aussi beaucoup pesé avec sa remise en jeu dès le retour au but et ses appels tranchants. Lors de son premier match dans un tournoi majeur, la numéro 9 – qui sait qu’elle l’attend avec impatience – a marqué un but et délivré une passe décisive.

Après avoir remporté deux matches de préparation face à des adversaires très faibles – le Cameroun et le Vietnam – la France a pu compter sur un retour majeur avant le match, comme la capitaine Wendy Renard, l’arrière Sakina Kerkaoui et donc Grace Giroud. La plus grosse surprise est venue du centre de la défense, puisque Corinne Diacre s’est privée des services de Gridge Mbok pour Aissatou Tonkara.

Et si ces succès fluviaux pendant la période pré-tournoi sont jugés insignifiants au regard de la faiblesse de l’adversaire, alors cette victoire est un signe, face à une équipe qui se voyait comme ayant plus de chances de fâcher la France.

“On s’attendait à un résultat plus relevé et à un match plus compétitif” L’entraîneur italien Melina Bertolini a admis. “La France a déjà beaucoup d’expérience avec ses jeunes joueurs qui sont déjà très forts. L’Italie aura besoin de beaucoup de courage” Jusqu’à présent, l’ex-internationale Patrizia Paneco a mis en garde contre le scientifique hors jeu.

Lire aussi : Euro 2022 : Bleu dans la course, dos expressif et short en question

Un grand pas vers les quarts

Le troisième pays du classement FIFA a brillé face à un pays animé par une philosophie de jeu ambitieuse. Ainsi les Transalpines ont toujours tenté de relancer le ballon correctement, à base de passes courtes, et auraient fait suspecter aux forces de Corinne Diacre la condition d’ouverture. Les Azzurri restaient sur un 1er match nul prometteur avec l’Espagneil est juillet (1-1). Mais l’absence de Valentina Cernoia – positive au Covid – qui est le véritable accélérateur du milieu italien, s’est fait sentir.

Si les supporters français étaient éparpillés un peu partout parmi les 8 571 spectateurs présents dans les tribunes du New York Stadium, le confinement ne s’est pas dispersé, malgré une fin de partie moins maîtrisée. Avec cinq buts en première mi-temps, les Italiennes ont eu l’avantage de sauver les honneurs grâce à Martina Piemonte (76e).e) Et il aurait pu réduire encore plus l’écart en fin de match, si Salma Pacha n’avait pas ensuite trafiqué la porte, Berod Magnin, en bloquant deux fois. “Les joueurs sont humains et la deuxième période a certainement été moins bonne” Corinne Diacre résume.

Avec une différence de buts confortable (+4), une nouvelle victoire sur la Belgique le 14 juillet – en probation contre l’Islande (1-1) – garantirait le jour de la fête nationale une qualification des Bleus en quarts de finale.

Lire aussi : Cet article est réservé à nos abonnés Euros féminins : Vivian Midema, buteuse prolifique sur le terrain, travaillant à l’étranger

Leave a Reply

Your email address will not be published.