Test Onemile Nomad : un vélo électrique pliable qui a tout pour plaire

Confort et ergonomie

L’électrification d’un vélo pliant entraîne généralement une augmentation du poids et de la masse. Le Onemile Nomad ne déroge pas à cette règle et est logiquement plus complexe que le Muscular Model. L’intérêt de ce vélo réside tout de même dans sa taille une fois replié. Nomad n’occupe alors que 91 x 80 x 45 cm, ce qui aura pour effet de remplir rapidement le coffre. Le PM Eovolt est un peu plus compact.

Nomade lorsqu'il est complètement plié.

Nomade lorsqu’il est complètement plié.

© Le numérique

Onemile, en revanche, a opté pour un cadre en magnésium qui lui permet d’être plus léger. Avec une balance de 17,9 kg, le Onemile Nomad est un vélo électrique relativement portable. Certes, il ne faut pas espérer grimper plus d’un étage ou deux avec aisance, mais c’est quand même 23 kg de moins chez Eovolt Af après-midi. Plié, ce VAE peut être déplacé en roulant, sécurisé par la selle. Une solution pratique pour naviguer quelques instants dans les couloirs du métro, mais pas pour de très longues distances.

Le VAE pliable Onemile reste un peu encombrant.

Le VAE pliable Onemile reste un peu encombrant.

© Le numérique

Qu’elle soit pliée ou dépliée, la manœuvre est simple et demande entre 30 secondes et 1 minute selon l’habitude. On aurait apprécié un système un peu plus costaud pour maintenir l’ensemble replié, plutôt que les aimants chargés ici d’éviter une mauvaise ouverture dans le chariot plein.

Une attache qui retient un vélo plié n'est pas très sûre.

Une attache qui retient un vélo plié n’est pas très sûre.

© Le numérique

Ce vélo pliant ne sacrifie pas le confort sur son guidon. La selle et le guidon peuvent être positionnés à différentes hauteurs pour s’adapter à un grand nombre de tailles. Cependant, les cyclistes de moins d’1m60 devront choisir un autre modèle. En effet, la tige de selle qui abrite la batterie descend trop bas pour les plus petits, créant un danger lors du franchissement de trottoirs ou autres petits obstacles.

Réglage de la hauteur de selle.

Réglage de la hauteur de selle.

© Le Numérique

Le guidon bénéficie de poignées ergonomiques confortables et offre une largeur suffisante pour assurer une bonne stabilité. La position de conduite peut être ajustée selon que vous préférez une position droite, un guidon suffisamment haut ou une position plus dynamique avec ce dernier à hauteur d’assise. Cependant, le Nomad n’est pas un modèle très sportif dans l’âme, comme le sont la plupart des pédales pliantes.

Le guidon droit est très confortable.

Le guidon droit est très confortable.

© Le Numérique

De manière générale, les finitions du Onemile Nomad sont très satisfaisantes. L’assemblage est sérieux et l’intégration des éléments est plutôt bonne. Le moteur est situé dans le moyeu de la roue arrière, tandis que la batterie est située dans le tube de selle. Ce dernier peut être facilement retiré du vélo pour être rechargé séparément et éviter le vol. Une boucle antivol est proposée en option – nous aurions aimé la trouver de série. Contrairement à l’Eovolt PM qui fixe la batterie au vélo par le bas, le Onemile offre une connexion plus sécurisée via le câble sous la selle.

La connexion entre le vélo et la batterie.

La connexion entre le vélo et la batterie.

© Le Numérique

Le confort est ici assuré par une selle bienvenue, des pneus Kenda mesurant 20 pouces de diamètre et 2,25 pouces de largeur, ainsi qu’un amortisseur à l’arrière. De quoi assurer un confort adéquat pour la ville, surtout si vous choisissez de ne pas gonfler souvent les pneus. Les garde-boue protègent très bien le bas du pantalon, mais pas les orteils. Pour sauver ce dernier, il a fallu que le volet descende un peu. La chaîne n’est pas cachée par un fourreau, il faut donc également faire attention à ne pas graisser son pantalon.

Pneus Kenda adhérents.

Pneus Kenda adhérents.

© Le numérique

lumière

Note de l'éditeur : 3 sur 5

L’éclairage au premier plan est suffisant pour que les autres utilisateurs voient correctement, mais il est trop limité pour fournir un éclairage efficace devant vous sans aucune autre source de lumière. Dommage aussi que le rétro-éclairage ne soit pas alimenté par batterie. Il faut penser à l’allumer et à l’éteindre à chaque fois, ce qui n’est pas certain.

La lumière avant s'allume correctement devant le Nomad.

La lumière avant s’allume correctement devant le Nomad.

© Le numérique

Note de l'éditeur : 4 sur 5

Procédure

En choisissant des roues de 20 pouces au lieu de roues de 16 pouces, Onemile mise davantage sur la stabilité et la performance que sur l’agilité. Ainsi, le Nomad offre une excellente sensation de conduite pour un vélo pliant avec des sentiers précis et une rigidité remarquable.

Mettez le moteur dans le moyeu de la roue arrière.

Mettez le moteur dans le moyeu de la roue arrière.

© Le numérique

Le Onemile Nomad est équipé d’un moteur Aikema de 250W pouvant atteindre 50Nm de couple. Ce moteur est placé dans le moyeu de la roue arrière, comme c’est souvent le cas avec les vélos pliants. Ce n’est pas la position que l’on préfère pour électrifier les vélos, mais on peut compter sur le capteur de couple pour conserver une certaine nature lors du pédalage. L’assistance propose cinq niveaux, les trois premiers étant généralement suffisants pour un environnement urbain et plat. Les deux niveaux les plus élevés seront réservés aux difficultés rencontrées. Ce dernier n’est pas recommandé pour une utilisation en ville car il permet de pousser rapidement le vélo avec un minimum de coups de pédale. En revanche, les amateurs de dynamisme trouveront leur bonheur.

Transmission Shimano Altus 7 vitesses.

Transmission Shimano Altus 7 vitesses.

© Le numérique

L’aide montre les mêmes très belles choses au moment d’affronter les pistes, même si elles sont balisées. Le Nomad est solide et permet de grandes augmentations. Comportement respectueux en agglomération lors de la conduite à côté de voitures.

Mécanisme de pliage du cadre.

Mécanisme de pliage du cadre.

© Le numérique

La transmission Shimano Altus 7 vitesses s’avère satisfaisante pour la ville. Ce n’est pas le plus rapide ni le plus précis, mais il convient à la plupart des situations. L’autonomie apportée par Nomad permet de rouler correctement jusqu’à environ 30 km/h, et l’assistance se coupe dès la vitesse de 25 km/h. Les plus sportifs nécessiteront sans doute un ou deux rapports de plus, mais cela reste dans l’esprit du vélo pliant qui a été amené à évoluer en ville.

L'écran couleur affiche les informations de base.

L’écran couleur affiche les informations de base.

© Le Numérique

L’affichage du système d’aide – en couleur – fournit un niveau d’information assez standard. Il dispose de l’essentiel : vitesse instantanée, niveau de batterie, kilométrage ou encore un mode d’assistance. Nous voulions également trouver le rythme de la pédale ou une estimation de la distance qu’il pouvait encore parcourir. Cette dernière donnée aurait permis de compenser la jauge de la batterie qui était fortement affectée par les côtes et les pentes avec de très grands écarts, rendant vraiment difficile l’évaluation de la puissance restante. Bonne idée, il y a un port USB sur le côté de l’écran. De quoi donner un peu de jus à son smartphone pendant le vol.

remarque sur le levier de frein.

remarque sur le levier de frein.

© Le numérique

freinage

Note de l'éditeur : 4 sur 5

15:00

Une paire de freins à disque hydrauliques Nutt et des rotors de 160 mm arrêtent efficacement le Nomad à pleine vitesse. L’arrêt ne prend que 3 mètres. La largeur des pneus contribue également à augmenter la surface de frottement lors du freinage.

La suspension arrière offre plus de confort.

La suspension arrière offre plus de confort.

© Le Numérique

Note de l'éditeur : 4 sur 5

indépendance

Avec une batterie de 486 watts, le Nomad promet jusqu’à 120 kilomètres d’autonomie. Une note très généreuse qui ne correspond pas vraiment à une utilisation réelle. Comme toujours, nous avons choisi d’évaluer l’autonomie en nous mettant en mode d’assistance plus élevée et en faisant tourner le moteur à la limite maximale. Dans ces conditions, nous avons parcouru 68 kilomètres sur une route d’une hauteur d’environ 700 mètres. Il n’est donc pas impossible d’atteindre 80 km sur une seule charge en utilisant une piste plate et en utilisant un mode d’assistance inférieur.

Le garde-boue avant est prolongé d'un cache pour protéger les bottes.

Le garde-boue avant est prolongé d’un cache pour protéger les bottes.

© Le numérique

Il faut moins de 6 heures pour charger complètement la batterie à l’aide du chargeur 2A inclus. A noter que le remplacement de la batterie est compliqué par son intégration dans le tube de selle. Si vous souhaitez charger la batterie séparément, sur votre bureau par exemple, vous devrez composer avec le long tube de selle et la selle.

Pour recharger la batterie séparément, toute la selle doit être embarquée.

Pour recharger la batterie séparément, toute la selle doit être embarquée.

© Le numérique

Points Forts

  • Pliage facile.

  • relaxant.

  • Support en cours.

  • C’est un plaisir de conduire.

  • continu.

Faiblesses

  • Le rétroéclairage n’est pas connecté à la batterie.

  • La batterie est dans le tube de selle.

  • Tenir en position repliée.

Leave a Reply

Your email address will not be published.