14 juillet dans le Gard : Les feux d’artifice se comptent sur les doigts d’une main !

Les gouverneurs de l’Hérault et du Gard ont décidé de laisser le choix aux maires de maintenir ou non le feu d’artifice le 14 juillet. Dans le Gard, plusieurs maires ont déjà fait leurs choix et les annulations pleuvent depuis le début de la semaine. L’inquiétude est vive chez les techniciens pyrotechniques deux ans après avoir contracté le virus Covid.

Alors que la France connaît une deuxième vague de chaleur en quelques semaines seulement, des conditions climatiques extrêmes vont gâcher la fête du 14 juillet dans de nombreuses villes de la région, notamment dans le Gard.

Il n’y a pas d’ordonnance conservatrice dans l’Hérault et le Gard

La sécheresse et la menace d’incendies dans les massifs forestiers suscitent depuis longtemps les hésitations des autorités préfectorales. Mais la gouverneure du Gard Marie-Françoise Lecayon, quelques heures plus tard le gouverneur de l’Hérault Hugo Mutouh, a décidé mardi de ne pas prendre d’arrêté interdisant les feux d’artifice dans tous les départements.

La vente et l’utilisation de pétards aux particuliers sont interdites

Si les départements du Gaard et de l’Hérault n’ont pas publié d’interdiction aux communes, ils ont décidé de réglementer l’usage des moyens pyrotechniques par les particuliers. Une ordonnance du gouverneur signée par le gouverneur Hughes Motuah interdit, dans tout le comté de l’Hérault, du 13 juillet à 7 heures du matin au 15 juillet à 8 heures, le transport, la vente et l’utilisation d’articles pyrotechniques des catégories F1 à F4 et C1 à C4, et les articles pyrotechniques dans les catégories T1 et T2, P1 et P2, ainsi que tout dispositif de lancement de ces produits.

Cependant, la plupart des communes du Gard ont annoncé qu’elles ne maintiendraient pas l’événement. Les récents incendies qui ont touché Alice et une partie des Cévennes, qui pourraient avoir été provoqués par des feux d’artifice sauvages, sont encore dans toutes les têtes.

Où l’on a décidé de décorer le feu d’artifice et le 14 juillet, on croise le mot feu d’artifice du dictionnaire

La zone d’exclusion pour l’usage de la pyrotechnie établie par la Direction des Territoires et du Bahr Gard (DDTM) – s’étendant sur 200 mètres autour des zones boisées, terres de noix et d’arbres – a fini de noyer les espoirs des artificiers sur cette édition 2022 du National Jour.

“En dehors du Grau-du-Roi où l’on tire des feux d’artifice dans la mer, je crains qu’aucune commune du Gard ne se risque à déclencher des feux d’artifice”, nous a confié ce mardi un expert en artificiers de la région. Commandes annulées une à une dans les dernières heures. “Après deux ans de Covid, la situation est devenue critique. Nous demandons à nos clients de reporter plutôt qu’annuler, mais nous allons devoir nous poser des questions pour les années à venir. Où décide-t-on de décorer le feu d’artifice et le 14 juillet, ou nous supprimer le mot fabricant du dictionnaire “…

Cinq communes sont encore en course ?

Ce mardi 12 juillet, la Préfecture du Gard nous a indiqué que seules cinq communes du département ont annoncé dans leurs services un feu d’artifice F4, c’est-à-dire utilisant plus de 35 kg de poudre : Le Grau du Roi, Aimargues, Caveirac, Saint Gervazy et Uzès. De l’office de tourisme d’Uzès, il a été confirmé mardi que pour l’instant, la mairie a opté pour le maintien du feu d’artifice, mais qu’une décision pourrait également être prise dans les prochains jours. En fonction de l’évolution de l’atmosphère.

Leave a Reply

Your email address will not be published.