La remise de 18 centimes profite plus aux riches qu’aux plus pauvres

«Les 10 % les plus riches dépensent environ 200 € en essence par mois en moyenne, tandis que les 10 % les plus pauvres dépensent environ 100 €Philip Martin, vice-président exécutif de l’audit confirme. Franz Massard / stock.adobe.com

Selon la dernière note d’étude du Conseil d’analyse économique, la décote a permis aux plus aisés d’économiser 18,50 € sur un mois, contre 9,50 € pour les ménages les plus modestes.

Sur le prix du carburant, les cadres et Les Républicains convergent vers un accord, une grosse décote en septembre (peut-être plus de 18 centimes actuellement), qui deviendra moins importante à l’approche de la fin de la période de soutien en décembre. , une étude du Conseil d’analyse économique (CAE) apporte de nouveaux éléments au débat.

Dans son étude surLa situation financière des familles au début de la crise énergétique“L’organisme associé à Matignon estime que les plus aisés profitent le plus de la remise de 18 centimes le litre car ce sont les plus gros consommateurs d’essence.”Les plus gros consommateurs d’essence font également partie des familles les plus riches. Ainsi, la remise de 18 cents sur le prix à la pompe est en baisse. Bénéficié deux fois dans les dix derniers (environ 18,50 euros) que dans les dix premiers (9,50 euros)‘, une note du directeur de l’audit interne.

voir également – Prix ​​des carburants : Bruno Le Maire propose une remise de 30 centimes le litre

“Elle profite deux fois plus des personnes les plus riches.”

Philip Martin, président délégué du CAE, confirmé vendredi à France Inter : «Les 10 % les plus riches dépensent environ 200 € par mois en essence, tandis que les 10 % les plus pauvres dépensent environ 100 €. Le calcul est facile et les riches en profiteront deux fois plus. et d’ajouter : «De ce point de vue, nous sommes favorables à des actions ciblées plutôt qu’à une baisse généralisée des prix de l’essence.» exactement le contraire C’est donc l’option privilégiée par le gouvernement.

Au total, environ un tiers des familles sont considéréesIl approuve» L’essence, c’est-à-dire que les frais de carburant représentent au moins 8 % de sa consommation totale. Cependant, seulementpetite moitié d’entre eux” Sera “contraintes financièresCes Français dépendants de leur voiture et contraints financièrement sont majoritairement des familles rurales, des jeunes isolés, des ouvriers, des salariés et des personnes à faible patrimoine financier.La dépendance à l’essence s’accompagne de prix élevés qui les ont par conséquent contraints à s’adapter leurs autres dépenses.

Cependant, malgré une augmentation de 5,8% des prix du carburant et de l’inflation en juin 2022, le président ne s’en aperçoit pas à ce stade »Détérioration grave et généralisée de la situation financière des familles« .même de la part des familles les plus humbles »,Nous ne constatons pas d’augmentation récente du nombre de ménages ayant un compte courant négatif« Sauf pour les retraités.

Cependant, leurs économies supplémentaires datant de la période Covid-19 ont été pleinement utilisées par les familles à faible revenu. “De juin 2021 à juin 2022, leur épargne en euros est restée quasiment inchangée, ce qui signifie qu’elle a été réduite en termes réels du montant de l’inflation.», note l’organisme. En revanche, même si l’épargne des familles les plus aisées a légèrement diminué ces derniers mois, elle est restée à un niveau élevé depuis lors. « En juin 2022, leur stock d’épargne sera supérieur de plus de 10 %.« Au niveau d’avant la crise.


voir également – Pouvoir d’Achat : Rabais Carburant Remplacé par « Allocation de Travail »

Leave a Reply

Your email address will not be published.