Biden et les démocrates gagnent alors que son plan climat et santé passe

Un gros coup de pouce aux énergies renouvelables, des médicaments moins chers et un impôt sur les sociétés : c’est ce que prévoit le plan directeur d’investissement de Joe Biden, finalement approuvé vendredi par le Congrès américain. Une victoire du locataire de la Maison Blanche dont les démocrates avaient besoin avant les élections législatives de novembre.

  • 370 milliards pour le climat

Il s’agit du plus gros investissement jamais réalisé aux États-Unis dans la lutte contre le changement climatique.

Au lieu d’imposer des sanctions aux pollueurs, la loi prévoit une série d’incitations fiscales destinées à déplacer l’économie américaine vers des sources d’énergie non fossiles. Les producteurs et les consommateurs d’énergie éolienne, solaire et nucléaire se sont vu offrir une série d’allégements fiscaux.

Dans le cadre de cette réforme, un Américain obtiendra jusqu’à 7 500 $ de crédits d’impôt pour l’achat d’un véhicule électrique. L’installation de panneaux solaires sur son toit sera prise en charge à 30%.

Environ 60 milliards de dollars sont également prévus pour la construction d’éoliennes, de panneaux solaires et de véhicules électriques aux États-Unis.

Le même montant est consacré à une série de programmes pour aider les familles les plus modestes dans la transition énergétique, notamment à travers la rénovation de leur logement.

Cette réforme comprend également d’énormes investissements pour renforcer la résilience des forêts face aux incendies qui ravagent le pays et pour protéger les zones côtières des ouragans. Ce projet devrait permettre aux États-Unis de réduire les émissions de dioxyde de carbone de 40 % d’ici 2030 par rapport à 2005.

  • 64 milliards pour la santé

Le deuxième volet de ce grand plan d’investissement vise à corriger en partie les inégalités massives d’accès aux soins aux États-Unis, notamment en faisant baisser le prix des médicaments.

Medicare, un système public d’assurance maladie pour les personnes de plus de 65 ans et à faibles revenus, pourra pour la première fois négocier les prix de certains médicaments directement avec les compagnies pharmaceutiques, obtenant ainsi des tarifs plus compétitifs.

Le plan obligerait également les sociétés pharmaceutiques à offrir aux consommateurs des rabais sur certains médicaments dont les prix augmentent plus rapidement que l’inflation.

Le projet de loi prévoit également d’étendre les protections de l’Affordable Care Act, le code de l’assurance maladie connu sous le nom d’Obamacare, la loi principale de Barack Obama, jusqu’en 2025.

  • Entreprises taxées à 15%

Parallèlement à ces investissements colossaux, la “loi de réduction de l’inflation”, comme on l’appelle, vise à réduire le déficit public en introduisant un taux d’imposition minimum de 15% pour toutes les entreprises dont les bénéfices dépassent le milliard d’euros.

Cette nouvelle taxe vise à empêcher certaines grandes entreprises d’utiliser des niches fiscales qui leur ont permis de payer bien en dessous du taux théorique.

On estime que la mesure pourrait générer plus de 258 milliards de dollars de recettes fédérales américaines au cours des 10 prochaines années.

Leave a Reply

Your email address will not be published.