Les talibans tirent en l’air à Kaboul pour disperser une manifestation de femmes, près d’un an après leur retour au pouvoir en Afghanistan

Coups en l’air et coups : Les talibans ont violemment dispersé aujourd’hui, samedi 13 août, à Kaboul, une manifestation de femmes pour le droit au travail et à l’éducation, près d’un an après le retour au pouvoir des islamistes en Afghanistan.

Quarante femmes applaudissent Pain, travail et liberté Ils ont défilé devant le ministère de l’Éducation avant qu’un groupe de combattants talibans ne les disperse en tirant en l’air par lots, environ cinq minutes après le début de la marche. Les manifestants portaient une banderole sur laquelle on pouvait lire : “Le 15 août est un jour noir”faisant référence à la date de la prise de Kaboul par les talibans en 2021. “Justice, justice. Nous sommes fatigués de l’ignorance”ont-ils également crié.

Lire aussi : Cet article est réservé à nos abonnés Afghanistan : le régime taliban débarque sur la dernière île de liberté des filles

Les talibans armés de fusils d’assaut ont coupé un carrefour devant les manifestants et ont commencé à tirer en l’air pendant de longues secondes. Un journaliste de l’Agence France-Presse (AFP) a indiqué que l’un d’eux simulait des tirs sur les manifestants.

Certains des manifestants se sont alors réfugiés dans des magasins voisins, où les talibans les ont poursuivis et les ont battus avec des crosses de fusil. Ils ont également confisqué leurs téléphones portables et battu des journalistes.

La raréfaction des manifestations réclamant les droits des femmes dans la capitale s’est accrue, notamment après l’arrestation des organisateurs de ces rassemblements en début d’année, dont certains sont restés en détention pendant plusieurs semaines.

Le port du niqab est obligatoire dans les lieux publics

Depuis le retour au pouvoir des talibans en août 2021, les fondamentalistes islamiques ont progressivement érodé les libertés que les femmes ont acquises au cours des vingt dernières années, depuis la chute de leur précédent régime (1996-2001). Ils ont imposé une série de restrictions à la société civile, dont beaucoup visent à soumettre les femmes à leur conception fondamentaliste de l’islam. Ils les ont largement exclues des emplois gouvernementaux, ont restreint leur droit de voyager et ont empêché les filles d’aller au collège et au lycée.

Les dernières restrictions remontent à mai, lorsque le gouvernement a publié un décret, adopté par le chef suprême des talibans et de l’Afghanistan, Haibatullah Akhundzadeh, obligeant les femmes à porter le voile intégral en public. Les talibans ont clairement fait savoir que leur préférence allait à la burqa, ce voile intégral souvent bleu et entrelacé au niveau des yeux, mais d’autres types de voiles qui ne dévoilent que les yeux seront tolérés.

Lire aussi : En Afghanistan, les présentateurs télé ont enfin couvert leur visage

Les talibans estimaient également qu’à moins que les femmes n’aient une raison urgente de sortir, il serait “Il vaut mieux qu’ils restent chez eux”. Toutes ces actions Décrivez un modèle de ségrégation sexuelle complète et visez à rendre les femmes invisibles dans la société.Le rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits de l’homme en Afghanistan, Richard Bennett, a déclaré en mai à Kaboul.

Au cours des deux dernières décennies, les femmes afghanes ont acquis de nouvelles libertés, retournant à l’école ou postulant à des emplois dans tous les secteurs d’activité, même si le pays reste socialement conservateur.

Le monde avec l’AFP

Leave a Reply

Your email address will not be published.