Pourquoi vous devriez éviter d’ouvrir des pages Web sur Facebook et Instagram

Le navigateur Web intégré aux applications Facebook et Instagram permet à Meta de suivre toutes vos activités dans les liens externes que vous visitez.

Contrairement à la plupart des applications iOS, Facebook et Instagram n’utilisent pas Safari pour afficher les liens externes sur lesquels vous cliquez. Au lieu de cela, Meta a choisi d’intégrer un navigateur Web interne. Et ce n’est en aucun cas dû au hasard. Fidèle à sa réputation, la maison mère de Facebook et Instagram a fait ce choix pour pouvoir tracer toute votre activité sur le web.

Felix Krause, le créateur des outils Fastlane, un outil d’automatisation acquis par Google en 2017, a analysé le navigateur utilisé par Meta. Et les conclusions qu’il a tirées dans un post très technique publié sur son site sont glaçantes.

Car bien que Meta utilise Webkit, le moteur de rendu d’Apple, pour le navigateur Web intégré à Facebook et Instagram, son fonctionnement est loin des standards d’Apple. Dès que vous ouvrez un lien externe depuis Facebook et Instagram, en tapant sur un article de presse ou une publicité, le navigateur injecte automatiquement un morceau de code JavaScript pour vous suivre. Grâce à lui, Meta peut voir, suivre et suivre toutes les actions que vous effectuez.

Attention cependant, si cela donne la possibilité à Meta de le faire, cela ne veut pas dire que l’entreprise collecte toutes les données pour les exploiter.

“Cela permet à Instagram de surveiller tout ce qui se passe sur des sites Web externes, sans le consentement de l’utilisateur ou du fournisseur du site Web. L’application Instagram injecte son code JavaScript dans chaque site Web affiché, y compris lorsque vous cliquez sur des publicités. Même si pcm.js ne le fait pas (ndr : c’est le nom du code JavaScript utilisé par Meta), l’injection de scripts personnalisés dans des sites Web tiers leur permet de surveiller toutes les interactions des utilisateurs, telles que chaque bouton et lien tapé, les sélections de texte, les captures d’écran, ainsi que toutes les entrées de formulaire, telles que les mots de passe, les adresses et les numéros de carte de crédit. »explique Felix Krause dans son post.

La méta contredit l’analytique

De toute évidence, Meta conteste fortement l’analyse effectuée par Felix Krause. La firme explique que le script injecté « permet d’agréger les événements, c’est-à-dire l’achat en ligne, avant que ces événements ne soient utilisés pour la publicité ciblée et la mesure pour la plate-forme Facebook. ».

« Ces affirmations sont fausses et dénaturent le fonctionnement du navigateur intégré Meta et Pixel. Nous avons intentionnellement développé ce code pour honorer les choix des utilisateurs en matière de transparence dans le suivi des applications sur nos plateformes. nous a dit un porte-parole de Meta.

Comment limiter au maximum le risque d’être traqué par Facebook et Instagram ? Dans son billet, Felix Krause livre plusieurs conseils qui font appel au bon sens. Il suggère ainsi d’éviter d’ouvrir des liens externes dans les applications, mais de privilégier leur ouverture dans Safari. Facebook et Instagram offrent tous deux cette option en principe. Il conseille également de ne plus utiliser les applications mobiles de ces deux plateformes, mais de privilégier les WebApps, en les ouvrant directement dans Safari.

La source :

Félix Krause

Leave a Reply

Your email address will not be published.