Le succès sans fin du drone turc Bayraktar, dont l’usine tournera à plein régime pendant trois ans

Le constructeur du célèbre drone, largement utilisé par les Ukrainiens contre les Russes, affirme pouvoir en construire 20 par mois. Et les carnets de commandes débordent.

Dans sa guerre d’usure contre la Russie, l’Ukraine a trouvé un allié de poids : le drone Bayraktar TB2. L’engin, souvent considéré comme un drone de combat « low-cost », fait des ravages dans les camps russes, au point d’en faire l’une des armes emblématiques du conflit.

Fabriqué en Turquie, le Bayraktar connaît aujourd’hui un succès sans précédent dans le monde entier. Dans une interview accordée à la Fondation ukrainienne Come Back Alive, le directeur général du constructeur Baykar affirme avoir des contrats “pour 22 pays différents”.

Il a surtout précisé que la capacité de conception avait été portée à 20 unités par mois et que le carnet de commandes était désormais plein pour les trois prochaines années. Mieux : l’entreprise espère implanter une usine, directement en Ukraine.

“Nous considérons l’Ukraine comme notre partenaire stratégique”, explique Haluk Bayraktar, également frère de Selçuk Bayraktar, le gendre du président Recep Tayyip Erdoğan. “Nous avons déjà une équipe technique d’ingénierie qui soutient l’Ukraine. Mais nous voulons également faire de l’Ukraine une base de fabrication.”

L’assemblage pourrait commencer fin 2023 dans le pays.

Un nouveau modèle en préparation

Baykar produit deux types de drones : le TB2 et l’Akinci. Il travaille désormais sur un nouveau modèle plus impressionnant, baptisé Kizilelma, prévu pour 2023. Selon le ministre ukrainien de la Défense, Kyiv a reçu 50 drones TB2 depuis le début de la guerre contre la Russie.

L’appareil a notamment servi à détourner l’attention russe des deux missiles anti-navires qui ont coulé le navire Moskva en avril dernier.

Le TB2 offre une autonomie de plus de 20 heures, se déplace à 250 km/h, vole à 6800 mètres d’altitude et couvre une autonomie de 150 km2. Il peut emporter 4 missiles à guidage laser. Son prix “liste” serait d’environ 4 millions de dollars, mais il serait vendu moitié moins cher à Kyiv. Selon Fortune, l’Ukraine ne le débourserait qu’un million de dollars, soit environ 10 fois moins que le drone américain Reaper qui a survolé les Champs-Elysées lors du défilé du 14 juillet.

Thomas Leroi Journaliste d’affaires BFM

Leave a Reply

Your email address will not be published.