L’Iran dément “catégoriquement” tout lien avec l’agresseur

Trois jours après l’agression au couteau de Salman Rushdie, auteur de versets sataniquesL’Iran dément “catégoriquement”, Lundi 15 août, aucun lien avec l’agresseur.

“Nous démentons catégoriquement” tout lien entre l’agresseur et l’Iran, et “Personne n’a le droit d’accuser la République islamique d’Iran”a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Nasser Kanani dans ce qui était la première réaction officielle de Téhéran à l’attaque contre l’écrivain britannique.

“Dans cet attentat, seuls Salman Rushdie et ses partisans méritent d’être blâmés et même condamnés”il a souligné. « En insultant les choses sacrées de l’islam et en franchissant les lignes rouges de plus d’un milliard et demi de musulmans et de tous les adeptes des religions divines, Salman Rushdie s’est exposé à la colère et à la rage des gens »il ajouta.

Lire aussi : Salman Rushdie poignardé : ce que l’on sait de son agresseur, Hadi Matar

Une réaction “méprisable”[e] médias d’État, selon Washington

Le livre de Salman Rushdie Les versets sataniques est interdit en Iran depuis 1988, car de nombreux musulmans le considèrent comme blasphématoire. L’année suivante, l’ayatollah Khomeiny, guide suprême de la révolution islamique de 1979 à 1989, a émis une fatwa (décret religieux) appelant à la mort de l’auteur.

La fatwa n’a jamais été levée et de nombreux traducteurs de Salman Rushdie ont été attaqués. « La colère manifestée à l’époque (…) ne se limitait pas à l’Iran et à la République islamique. Des millions de personnes dans les pays arabes, musulmans et non musulmans ont réagi avec colère » au travail de Salman Rushdie, a encore dit le porte-parole.

Lire la chronique de Gilles Kepel : Article réservé à nos abonnés « Le djihadisme chiite a-t-il dépassé la logique étatique de ses concepteurs iraniens ? »

Il a jugé “complètement contradictoire” de « de condamner d’une part l’action de l’agresseur et, [de l’autre, d’]absoudre l’action de celui qui insulte les choses sacrées et islamiques ». Dimanche, le secrétaire d’État américain Antony Blinken a déclaré que les médias d’État iraniens “jubilé” après l’agression de l’intellectuel, compte tenu de cette réaction « abject[e] ».

Le suspect a plaidé “non coupable”

En Iran, le quotidien ultraconservateur Kayhan félicité “cet homme courageux et conscient de son devoir qui a attaqué l’apostat et vicieux Salman Rushdie”. javanaisun autre journal ultra-conservateur, a écrit dimanche qu’il s’agissait d’un complot des États-Unis qui voulait “Probablement propager l’islamophobie dans le monde”.

Selon les dernières informations de l’agent et de la famille de Salman Rushdie, l’écrivain britannique se trouvait dimanche “le chemin de la guérison” même s’il reste dans un état grave. “Les blessures sont graves, mais son état évolue dans le bon sens”ajoute l’agent de l’auteur.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Salman Rushdie, un écrivain résistant, conteur du chaos du monde

De son côté, le suspect de 24 ans est inculpé de “tentative de meurtre et voies de fait” et a comparu devant le tribunal de Chautauqua samedi soir. Il n’a pas dit un mot, selon les médias locaux, car les procureurs ont déclaré que l’attaque était préméditée. Le suspect a plaidé non coupable par la voix de son avocat et comparaîtra à nouveau le 19 août.

Le Monde avec AFP

Leave a Reply

Your email address will not be published.