Dimitri Vrubel, auteur d’une célèbre peinture murale du mur de Berlin, est décédé

Kay Nitfeld / Agence France-Presse L’artiste russe Dmitry Vroubel (à gauche) nettoie avec son fils sa peinture “Oh mon Dieu, aide-moi à survivre à cet amour mortel” à l’East Side Gallery of Marks and Scribbles à Berlin, le 27 avril 2014. Une initiative d’artiste appelait à soutenir nettoyer les œuvres d’art couvrant des parties du mur de Berlin. AFP PHOTO / DPA / KAY NIETFELD Allemagne OUT (Photo de KAY NIETFELD / DPA / AFP)

Kay Nitfeld / Agence France-Presse

Dimitri Vrubel, ici de dos avec son fils, en avril 2014, alors qu’il nettoyait sa peinture murale à la East Side Gallery de Berlin.

Mort – Son œuvre est marquée par l’histoire de l’East Side Gallery, vestige touristique du mur de Berlin. Le peintre germano-russe Dmitry Vrubel est mort dimanche 14 août à l’âge de 62 ans d’une infection liée au Covid-19, apprend-on ce mardi dans les colonnes libérationqui relaie les informations partagées dans la presse allemande.

La grande fresque de l’artiste est sans doute l’une des plus célèbres du Musée en plein air. Titre Oh mon Dieu, aide-moi à survivre à cet amour mortelc’est une reproduction de la célèbre confrérie des cuivres de Leonid Brejnev et Erich Honecker, les deux anciens dirigeants de l’URSS et de la République démocratique allemande.

comme mentionné libération, la scène en question remonte au 5 octobre 1979, jour du 30e anniversaire de la République démocratique allemande. Une cérémonie est organisée et la conclusion d’un accord d’échange avec l’URSS. Pour clore l’amitié entre les deux régions, les chefs d’Etat ont alors décidé d’échanger un baiser, les yeux fermés, les visages bridés et entrelacés. Dmitry Vroubel l’a reproduit en peinture dix ans après les faits.

En 2009, on lui a demandé de le rendre, car les couleurs se sont estompées avec le temps. Il est en colère, mais accepte. Depuis ce jour, il est devenu une étape touristique incontournable, ainsi que d’apparaître sur d’innombrables cartes postales, sacs à main ou tee-shirts.

Originaire de Moscou, où il est né le 14 juillet 1960, Dmitriy Vroubel est surtout connu pour son œuvre satirique. Outre cet ouvrage, il est également l’auteur avec sa femme d’un almanach intitulé Douze humeurs de Poutine, où le dirigeant russe observe un état émotionnel différent d’un mois à l’autre. Une autre peinture murale célèbre est un hommage à Andrei Sacharov, le physicien russe qui a remporté le prix Nobel de la paix en 1975.

Voir aussi sur Le Demi Poste : De Paris à Berlin, des manifestations se déclenchent pour alerter le G7 sur la dette des pays du Sud

9 novembre 1989 – Des centaines de Berlinois de l’Ouest viennent accueillir les premiers Berlinois de l’Est à franchir Checkpoint Charlie.

Leave a Reply

Your email address will not be published.