France – Italie, deuxième acte et deuxième victoire des Bleus

Pour la deuxième confrontation consécutive face à l’Italie, après une victoire arrachée (78-77) après prolongation, les Bleus ont accueilli leurs voisins transalpins du côté de Montpellier et il n’y a pas eu de match (100-68).

La défense tricolore a étouffé l’Italie qui a terminé à 68 points tandis que la France a atteint 100 points derrière un bon effort collectif et cinq joueurs à 10 points ou plus, dont Elie Okobo à 18 points. Le troisième match des Bleus atteste d’une belle montée en puissance avant d’affronter la Belgique dans deux jours.

Un sérieux départ

Vincent Collet conserve son cinq majeur désormais habituel avec Thomas Heurtel, Evan Fournier, Timothé Luwawu-Cabarrot, Guerschon Yabusele et Rudy Gobert. Malgré une frayeur à la cheville droite pour le Knick sur un 3 points raté, les Blues ont pris leur début de match au sérieux.

Un 10-4 les place solidement en tête avec le duo Heurtel – Gobert aux manettes. Sans Luigi Datome, l’Italie compose comme elle peut, et Nicolo Melli envoie les premières banderilles. Mais, comme une faute technique rapide du coach Pozzecco, la France a déjà pris les devants, avec une nouvelle percussion de Théo Maledon.

Elie Okobo et Vincent Poirier apportent leur punch du banc et c’est 20-10 pour les Bleus ! Le premier quart-temps est très propre avec 11 points d’avance et 7/12 aux tirs. Tous les partants ont marqué et le banc a contribué 11 points. Tout roule (25-14) !

Thomas Heurtel en Master

Vincent Poirier enfonce le clou avec un gros dunk pour débuter le deuxième quart mais on sent un peu de relâchement. Achile Polonara et Tommasso Baldasso enquêtent à partir de 3 points et forcent un temps mort à Vincent Collet. Les Bleus réagissent immédiatement avec Rudy Gobert brillant des deux côtés du terrain.

Mais les Italiens ne reviennent à -6 qu’avec Baldasso qui continue d’alimenter la marque. Impeccable en première mi-temps avec 10 points et 5 passes décisives, Thomas Heurtel a mis fin à la série noire des tricolores. Et ça relance l’affaire avec Yabusele et Fournier qui concluent de beaux mouvements offensifs derrière l’arc.

Si Fontecchio marque un improbable 3 points au buzzer, l’écart est le même à la pause qu’après le premier quart-temps : +11 (51-40). A 7/9 à partir de 3 points, les Bleus sont habiles, mais on ne peut pas dire qu’ils jouent propre, avec 10 balles perdues.

Les Bleus affirment leur domination

Bien que perfectible, le jeu de l’équipe de France répond largement aux attentes pour ce second tour face à l’Italie. Evan Fournier remet le couvert d’un pas en arrière et Rudy Gobert pique un ballon et enchaîne un dribble dans le dos pour lancer la contre-attaque.

Les Bleus repartent forts, sur un 11-6 pour commencer par une passe de la tête rigolote et involontaire de Gobert pour Yabusele sous le cercle. Le plus gros écart est atteint, malgré les efforts de Gallinari ou Mannion.

Fournier et Poirier donnent +20 aux Bleus en démonstration en fin de 3e quart-temps. Poirier écrase même un dunk qui symbolise la domination tricolore. Avec un 25-15 sur la période, la France assoit sa mainmise avant le dernier quart-temps (76-55).

Sérieux jusqu’au bout

Pas encore rassasiés, les hommes de Vincent Collet ont maintenu leur pression défensive dans le dernier quart-temps et sont passés 14-4 derrière Okobo et Jaiteh, respectivement à distance et dans la raquette. Ce dernier se fait payer un dunk sur un caviar par Terry Tarpey et la France se déroule complètement.

L’écart est dans la trentaine et la fête est totale à Montpellier, qui a déjà accueilli l’Euro 2015, quand Théo Maledon donne le panier qui offre 100 points aux Bleus. La France double la mise face à une Italie décevante (100-68).

Les Bleus auront une journée de repos avant de remettre le maillot pour un nouveau match de préparation face à la Belgique, toujours à Montpellier. Avant les choses sérieuses et le match à Bercy contre la République tchèque, qui comptera pour les qualifications pour la prochaine Coupe du monde.

Leave a Reply

Your email address will not be published.