Gaspillage alimentaire : faut-il supprimer les dates limites de consommation des produits ?

l’essentiel
La chaîne de supermarchés britannique Waitrose a annoncé la suppression des dates de péremption sur près de 500 produits. Objectif : lutter contre le gaspillage alimentaire. Mais en France, les consommateurs sont-ils prêts à se passer de ces dates-indications alimentaires si ancrées dans leur quotidien ? Décryptage.

“Les Français sont très attachés aux dates de consommation, ils ont grandi avec, donc c’est logique pour eux de les suivre sans se poser de questions”, explique Simon Foucault, responsable des affaires publiques de l’entreprise anti-gaspillage. nourriture, trop bon pour y aller. Date limite de consommation, date de durabilité minimale, date limite de consommation recommandée… Nos produits sont couverts de dates et, avec elles, il y a confusion chez les consommateurs et augmentation du gaspillage alimentaire.

« 10 % du gaspillage alimentaire européen est causé par les dattes de consommation », regrette le spécialiste. Pour lutter contre ces tonnes de nourriture jetées à la poubelle, la chaîne de supermarchés britannique Waitrose a décidé de supprimer la date de durabilité minimale sur près de 500 produits. “C’est une très bonne mesure certes, mais encore faut-il connaître la différence entre ‘consommer jusqu’à’ et ‘consommer de préférence avant'”, pointe le responsable.

“Notre génération a tendance à jeter le produit dès que la date est passée”

La date limite de consommation (ou date de péremption) est une date sanitaire impérative, au-delà de laquelle le produit ne peut plus être consommé. La date de durabilité minimale (DDM) est une date indicative au-delà de laquelle le produit perdra sa qualité gustative, mais ne présentera aucun risque pour la santé.

Selon Too good to go, huit Français sur dix pourraient faire la différence, « mais contrairement à nos grands-parents qui se fiaient davantage à leur odorat et à leur goût, notre génération a tendance à jeter le produit dès que le produit est périmé. , même s’il n’y a pas de risque sanitaire”, regrette Simon Foucault.

Les dates de consommation créent de l’assistanat chez le consommateur, “il ne se fait plus confiance et ne fait plus confiance à son odorat, sa vue, son goût”, explique Lauriane Rabaud, diététicienne de la région toulousaine. La pédagogie est donc de mise pour que le consommateur redevienne acteur de son alimentation. “Une fois qu’on aura sensibilisé une grande partie de la population, alors on pourra encourager la suppression de la DDM”, espère le dirigeant.

La viande et le poisson sont les aliments les plus à risque

Afin que les consommateurs soient indépendants dans leurs choix alimentaires, la diététicienne passe en revue les produits les plus courants et leur “vraie” date de péremption. “Ce sont les produits riches en eau qui présentent le plus de risques car c’est dans l’eau que se développent toutes les bactéries”, explique-t-elle. Il n’y a donc aucun danger pour votre santé si vous consommez des produits secs après leur date de péremption. Concernant les fruits et légumes, la diététicienne conseille de se fier à ses sens visuels et gustatifs.

En revanche, pour la viande et le poisson, “aliments à haut risque de développement de bactéries”, ils doivent être consommés le plus rapidement possible, “surtout la viande hachée qui doit être consommée dans la journée”. Pour les petits plats faits maison, “moins résistants que les plats industriels”, ils se conservent 3 à 5 jours au frigo.

A lire aussi :
Gaspillage alimentaire : comment savoir quand un œuf est périmé ?

Enfin, en ce qui concerne les produits laitiers, les yaourts, les fromages à pâte dure, le persil peut être consommé au-delà de deux semaines à compter de la date de péremption. Mais il est conseillé de respecter la date pour les fromages frais et ceux au lait cru. “La réglementation sur les étiquettes est très stricte pour se couvrir contre tout risque pour la santé, donc les consommateurs doivent vraiment se faire confiance pour éviter de gaspiller inutilement”, conclut la diététicienne.

Leave a Reply

Your email address will not be published.