“Il va falloir revenir aux 3% de déficit”, assure le commissaire européen Thierry Breton

Posté

Article écrit par

S’il estime qu’il ne faut plus déroger à la règle des 3 % de déficit, le commissaire européen au marché intérieur est prêt à reconsidérer un “refonte du pacte de stabilité et de croissance” l’Union européenne et la règle des 60 % du taux d’endettement des États membres.

“Je dis clairement qu’il va falloir revenir aux 3% de déficit”, a déclaré mardi 16 août sur franceinfo le commissaire européen au Marché intérieur, Thierry Breton. Selon l’INSEE, la France avait un déficit de 6,4% en 2021.

>>LL’Etat veut ramener le déficit de la France en dessous de 3%. Pourquoi ?

“Nous avons étendu l’autorisation donnée aux États membres [d’y déroger] jusqu’en 2023 pour faire face à la situation”il explique. “Cependant, je dis clairement que nous devrons y revenir.”

Selon Thierry Breton, “3% de déficit, ce sont des montants vraiment considérables”en prenant l’exemple de la France.

“L’impôt des Français, c’est 70 milliards d’euros. Si vous avez 3 % de déficit, c’est encore 70 milliards d’euros. Cela veut dire que vous avez un deuxième impôt payé par vos enfants. C’est moralement inacceptable.”

Thierry Breton, commissaire européen au marché intérieur

chez franceinfo

En revanche, le commissaire européen évoque la possibilité d’une “refonte du pacte de stabilité et de croissance” L’Union européenne et la règle des 60% pour le taux d’endettement des pays membres : « Sur la dette, nous allons l’aborder de manière modulaire et pragmatique. Il faudra trouver des règles plus compatibles avec la situation actuelle ».

Inscription à la Newsletter

toute l’actualité en vidéo

Recevez l’essentiel de notre actualité avec notre newsletter

Inscription à la Newsletter

articles sur le même sujet

D’Europe

Franceinfo sélectionne quotidiennement les contenus des médias audiovisuels publics européens, membres de l’Eurovision. Ces contenus sont publiés en anglais ou en français.

Leave a Reply

Your email address will not be published.