Le rebond technique en Europe se poursuit mais le risque de récession inquiète – 16/08/2022 à 13:46

LES MARCHÉS BOURSIERS EUROPÉENS EN HAUSSE À MI-SESSION

par Claude Chendjou

PARIS (Reuters) – Wall Street devrait légèrement baisser mardi, tandis que les Bourses européennes poursuivent leur rallye de cinq jours à mi-séance, grâce notamment à la hausse des valeurs défensives et minières, mais les inquiétudes sur une éventuelle récession limitent les bénéfices .

Les contrats à terme sur indices new-yorkais signalent une ouverture à Wall Street en baisse de 0,06% pour le Dow Jones, 0,10% pour le Standard & Poor’s 500 et 0,12% pour le Nasdaq.

A Paris, le CAC 40 prenait 0,37% à 6.594,36 vers 11h20 GMT. A Francfort, le Dax progresse de 0,6% et à Londres, le FTSE gagne 0,58%.

L’indice paneuropéen FTSEurofirst 300 a gagné 0,31 %, l’Eurozone EuroStoxx 50 0,4 % et le Stoxx 600 0,32 %.

“Une grande partie de ce (rallye) repose sur des aspects techniques et dynamiques, mais les fondamentaux n’ont pas changé”, commente Seema Shah, stratège chez Principal Global Investors, notant notamment la détérioration de plusieurs données économiques.

L’enquête de l’institut de recherche économique ZEW publiée mardi montre que le sentiment des investisseurs en Allemagne s’est encore détérioré depuis début août avec un indice en baisse à -55,3 alors que la première économie d’Europe est déjà au bord de la récession.

Au Royaume-Uni, le marché du travail a commencé à décélérer au deuxième trimestre, tandis que l’inflation a fait chuter les salaires, selon des statistiques officielles publiées mardi.

Alors que le produit intérieur brut (PIB) britannique s’est contracté de 0,1% au deuxième trimestre, les chiffres de la deuxième estimation de la croissance de la zone euro sont particulièrement attendus mercredi et incitent également à la prudence.

LES VALEURS DE WALL STREET À SUIVRE

Walmart a gagné 3,5% dans les échanges avant commercialisation après avoir annoncé mardi qu’il s’attend désormais à une baisse de son bénéfice annuel plus faible que prévu, les promotions et la baisse des prix du carburant lui ayant permis de dépasser les attentes sur le trimestre clos fin juillet.

Home Depot a en revanche perdu 1,5% dans les échanges avant commercialisation, le géant du bricolage et du bricolage ayant simplement confirmé ses prévisions annuelles et fait état d’une baisse de 3% des transactions dans ses magasins au deuxième trimestre.

LES VALEURS EN EUROPE

Les matières premières (+2,81%) et les secteurs défensifs tels que les télécoms (+1,33%) et les services aux collectivités (+0,97%) ont affiché l’une des meilleures hausses du Pan-European Stoxx 600.

Le premier compartiment profite des bons résultats publiés par le géant minier BHP, dont l’action cotée à Londres est en hausse de 4,63%.

Le spécialiste de la livraison de repas Delivery Hero (+7,29%) est tiré par ses prévisions de croissance au troisième trimestre, tandis que le joaillier Pandora et l’audioprothésiste Sonova reculent respectivement de 1,99% et 13%. 9% après la publication de leurs résultats trimestriels.

Hors publication des comptes, Philips avance de 4,28% après l’annonce inattendue du remplacement de son directeur général Frans van Houten par Roy Jakobs, à la tête des activités Connected Care du groupe, tandis que la firme britannique de cybersécurité Darktrace bondit de 23,14% après avoir entamé des discussions avec le fonds d’investissement américain Thoma Bravo.

CHANGEMENTS

Les craintes d’une récession soutiennent le dollar, qui a touché mardi son plus haut depuis le 8 août face aux autres principales devises. Le billet vert gagnait 0,27% à la mi-séance.

L’euro, en baisse de 0,3%, s’échange à 1,013 dollar.

ÉVALUER

Sur le marché obligataire, les rendements varient peu : celui du Bund allemand à dix ans, référence de la zone euro, prend un peu plus de deux points de base à 0,92 % et celui des bons du Trésor américain de même échéance est quasiment inchangé. à 2,793 %.

PÉTROLE

Les prix du pétrole, qui ont chuté d’environ 3% lundi, ont de nouveau chuté mardi par crainte d’une détérioration de la demande au vu des derniers indicateurs économiques chinois et dans l’attente d’un éventuel accord sur le nucléaire iranien qui pourrait permettre à Téhéran de reprendre ses exportations de brut.

Le baril de Brent cède 0,65% à 94,48 dollars et celui de brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 0,29% à 89,15 dollars.

(Édité par Claude Chendjou, édité par Kate Entringer)

Leave a Reply

Your email address will not be published.