Qui est Giorgia Meloni, la candidate d’extrême droite pressentie pour diriger le gouvernement italien ?

Giorgia Meloni lors d’un entretien, le 4 août 2022, à Marina di Pietrasanta, Italie — RICCARDO DALLE LUCHE / ANSA / AFP

Présidente du parti Frères d’Italie, Giorgia Meloni est l’une des figures montantes de l’extrême droite en Europe. Sa coalition est en tête des intentions de vote pour les prochaines élections.

Giorgia Meloni se verrait devenir la première femme à diriger le gouvernement italien. Son parti, Frères d’Italie, est à la tête de la coalition dite “de centre-droit” pour les prochaines élections générales du pays, prévues en septembre. Mais il représente plutôt un nouvel élan pour la droite ultra-conservatrice en Europe.

L’homme politique de 45 ans est actuellement en pleine campagne. Et elle est très soucieuse de l’image de son parti, y compris à l’étranger. Pour preuve, une vidéo postée sur YouTube où elle expose, en français, anglais et espagnol, certaines de ses idées politiques.

“Le visage rationnel du populisme de droite”

Dans les cercles de la droite internationale, Giorgia Meloni a déjà acquis une certaine stature. En septembre 2022, elle est élue présidente du Parti des conservateurs et réformistes européens (Parti ECR) au Parlement européen.

Outre-Atlantique, elle a même été reconnue par Steve Bannon, ancien conseiller de Donald Trump, comme “le visage rationnel du populisme de droite”, rapporte Marianne. En 2019, elle est invitée au Congrès des conservateurs américains, au même titre que Marion Maréchal ou le Britannique Nigel Farage.

Un voyage commencé très jeune

La carrière politique de Giorgia Meloni a commencé très tôt. À partir des années 1990, elle s’engage dans le Mouvement social italien, une organisation d’extrême droite, ainsi qu’auprès de son successeur, l’Alliance nationale.

Elle a été élue députée pour la première fois en 2006, dans la région du Latium, où se trouve Rome. Elle entre dans le gouvernement de Silvio Berlusconi en 2008 et occupe le poste de ministre de la Jeunesse. Fin 2012, elle cofonde le parti Frères d’Italie, dont elle est élue présidente en 2014.

C’est à ce parti qu’elle s’est alliée, en 2018, avec Matteo Salvini et Silvio Berlusconi, en vue des élections. Réélue au Parlement, mais écartée du gouvernement, son parti gagne rapidement en popularité, tandis que la coalition de droite traverse une succession de crises politiques.

Entreprise de dé-diabolisation

Giorgia Meloni brigue désormais le poste de leader. Elle a modéré plusieurs de ces positions, notamment sur l’Union européenne. Elle s’est aussi distinguée en adoptant une position très atlantiste face à l’agression russe en Ukraine, rapporte France 24.

Son programme mêle libéralisme économique, conservatisme sociétal, politique nataliste et positions anti-immigration. Ramenée à son début de carrière dans un parti néofasciste et héritière de Mussolini, Giorgia Meloni veut aussi dé-diaboliser son image.

“La liberté est pour nous le bien le plus précieux. Nous orientons notre jugement historique en fonction de cette boussole. Il y a plusieurs décennies, la droite italienne a relégué le fascisme à l’histoire, et condamné sans ambiguïté la privation de démocratie et les tristement célèbres lois anti-juives”, explique le président des Frères d’Italie sur YouTube.

Avec 24,3% d’intentions de vote selon l’institut italien Demopolis, sa coalition arrive en tête des sondages, à quelques mois des élections italiennes.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO – Le passage à tabac mortel d’un migrant choque toute l’Italie

Leave a Reply

Your email address will not be published.