Un moteur à réaction d’avion sur un scooter électrique, ça donne ça

Matériel de nouvelles Un moteur à réaction d’avion sur un scooter électrique, ça donne ça

Ah l’Amérique. Le pays de l’Oncle Sam, la NBA, la Statue de la Liberté, les films et, bien sûr, d’ÉNORMES RÉACTEURS D’AVIONS SUR DES SCOOTERS ÉLECTRIQUES. C’est la news insolite du jour : le Youtubeur Matt Mika a créé cette machine du diable, il faut vous la présenter.

Matt Mikka : un habitué des créations aussi bête qu’une trottinette électrique au kérosène

Pour vous plonger dans l’ambiance sauce Big Mac de cette actualité, n’hésitez pas à la lire avec une voix off d’un présentateur MTV des années 2000.

Matt Mikka est l’homme derrière la chaîne YouTube Perception déformée et ses 1,2 million d’abonnés. L’Américain fan de grosses cylindrées a un don pour la mécanique, et il l’utilise d’une manière… disons spectaculaire.

Depuis peu, il se passionne pour les réacteurs d’avions. L’homme a la capacité de le construire de ses propres mains, et il en abuse. Pour l’émission, on a déjà eu le droit à des vidéos comme :

  • 1 moteur à réaction sur un kart
  • 3 moteurs à réaction sur une Tesla (car après tout, pourquoi profiter du silence d’une voiture électrique quand on peut bruler des litres d’essence et le capot de la Toyota qui vous colle au feu rouge ?)
  • 1 moteur à réaction pour déblayer la neige devant une porte d’entrée

Voyez-vous le tableau noir.

Le célèbre Mat

Tout ce qu’il faut savoir sur le premier scooter électrique équipé d’un moteur à réaction

Sa dernière création diabolique, vous l’avez vu dans le titre : le bon Matt a fabriqué le premier scooter propulsé par un avion à réaction.

Le modèle utilisé pour le custom est un Bête du soir. Loin des petits Xiaomi Mi Pro 2 d’une quinzaine de kilos que l’on croise dans toutes les villes de France, ce mastodonte de 37 kg a des dimensions monstrueuses pour un scooter électrique.

Le Fiido Beast peut même se transformer en trottinette électrique. Le constructeur a prévu une selle amovible à installer sur la bête et hop, vous pourrez monter jusqu’à environ 50 à l’heure (pour une autonomie de 70 km). Il fallait au moins ça pour accueillir un turboréacteur de 45 kg (Je ne peux pas me remettre d’écrire cette phrase).

Si vous ne parlez pas anglais ou que vous avez la flemme de vous traîner un quart d’heure de vidéo qui sent bon les gaz d’échappement, on vous le résume rapidement.

  • Tout d’abord, Matt Mikka montre comment il en est arrivé là et propose une sorte de tutoriel pour que son public puisse reproduire cette idée extrêmement dangereuse et parfaitement illégale (du moins en France). Bien sûr, n’essayez pas de reproduire cela chez vous.
  • Ensuite, il teste un peu la machine de guerre qu’il a fait… en oubliant son GPS qui calcule sa vitesse et même son casque. Oui oui, le niveau d’inconscience atteint des sommets.
  • Dans une courte ligne droiteMatt Mikka dépasse toujours les 100 km/h pendant qu’il se retient, face au vent et que la machine enclenche toute seule son système de freinage régénératif. Sans tout ça, on n’ose pas imaginer jusqu’où l’américain aurait pu pousser sa création.
  • La vidéo se termine tranquillement avec notre cher Matt jouant avec le feu. Très littéralement.

Tout ça, le Youtubeur dit le faire pour satisfaire sa curiosité… et pour motivez votre public à bouger ses fesses. Il est difficile de voir le lien entre cette leçon de morale et les moteurs à réaction, mais nous laissons cela à votre interprétation.

Leave a Reply

Your email address will not be published.