Yann Bourdon, Le Français disparu il y a un an en Egypte est de retour en France

Yann Bourdon n’avait plus donné signe de vie aux siens depuis le 4 août 2021, alors qu’il se trouvait en Egypte. Après un an d’absence, le jeune homme de 27 ans s’est présenté au consulat de France au Caire. Il a été rapatrié à Paris le 10 août 2022.

La famille de Yann Bourdon est soulagée. Après un an de disparition, l’étudiante en histoire de la Sorbonne est réapparue au consulat de France. Pour le moment, il refuse d’expliquer les raisons de sa disparition. La nouvelle a été partagée sur la page Twitter du support.

Yann Bourdon s’était lancé en 2020 dans un périple à pied avec son sac à dos pour rejoindre l’Egypte depuis la France. Un road trip à travers l’Europe au cours duquel le jeune homme a cessé de donner des nouvelles à sa famille le 4 août 2021.

Quelques jours avant sa disparition, il avait communiqué avec sa sœur par e-mail, lui disant qu’il avait été pris en stop par un policier égyptien qui se dirigeait également vers Le Caire. La veille, il avait expliqué qu’il séjournait dans une auberge de jeunesse avant de ne plus donner signe de vie.

La piste de la disparition forcée envisagée

Sa famille ne s’était d’abord pas inquiétée de sa disparition avant de la signaler au Quai d’Orsay en novembre 2021. Les premiers éléments de l’enquête ont révélé que le compte bancaire de Yann Bourdon avait été totalement vidé le 7 août 2021.

Face au manque d’informations fournies par les autorités égyptiennes, les proches de l’étudiant ont lancé en juillet un appel à témoins pour tenter de faire connaître l’affaire et trouver des informations susceptibles de faire avancer les recherches.

Le 9 août 2022, Yann Bourdon se rend au consulat de France au Caire et peut enfin donner de ses nouvelles à sa sœur et sa mère. L’agence de sécurité nationale égyptienne a réagi très rapidement, permettant le rapatriement du jeune homme en France le 10 août.

Pour le moment, Yann Bourdon refuse de communiquer sur les raisons de sa disparition. Le Comité de justice (CFJ), qui a accompagné les proches de l’étudiant tout au long de l’année écoulée, a expliqué dans un communiqué : “Nous souhaitons respecter son silence quant aux raisons de sa disparition depuis le 4 août 2021 et le laisser retrouver les siens”. .”

L’ONG avait précédemment expliqué que le cas de Yann Bourdon pouvait être considéré comme “une disparition forcée”.

Leave a Reply

Your email address will not be published.