Jules Pommery, troisième du saut en longueur, apporte sa première médaille à la France

Il en a fallu beaucoup pour décrocher cette première médaille française aux Championnats d’Europe d’athlétisme à Munich (Allemagne). Pour ses premiers pas dans la cour des grands, le sauteur en longueur Jules Pommery a hérité du bronze mardi 16 août, après une soirée pleine de suspense et une réclamation.

Il a d’abord fallu au champion d’Europe junior 2019 pour sauter à 8,06 m, seulement le deuxième saut de sa jeune carrière au-dessus de 8 mètres, après celui avec lequel il a porté son record personnel à 8,17 m fin mai. Mais le Français de 21 ans a sauté exactement aussi loin que le Suédois Thobias Montler et le Britannique Jacob Fincham-Dukes. Loin devant, le champion olympique en titre, le Grec Miltiadis Tentoglou, a décroché l’or avec 8,52 m, un record pour les championnats d’Europe.

Trois athlètes pour les deux médailles restantes, c’est une de trop. Pour départager les égalités, le deuxième meilleur saut est pris en compte : dans ce match, c’est Fincham-Dukes, avec 7,97 m, qui remporte la médaille d’argent et Montler, avec 7,95 m, le bronze. Avec 7,85 m, le Français s’est retrouvé, quatrième, au pied du podium.

Lire aussi : Euro d’athlétisme : Sasha Zhoya, le jeune talent qui fait sourire l’athlétisme français

Saut de morsure et double revendication

C’était sans compter sur une double revendication, posée à la fois par la France et la Suède, qui considéraient toutes deux que le meilleur saut de Fincham-Dukes, à 8,06 m, était mordu. Trente minutes plus tard, les deux camps ont obtenu satisfaction. A tel point que Montler était sur la deuxième marche du podium et le jeune Français sur la troisième. Un ultime recours britannique rejeté plus tard dans la soirée, et le podium confirmé.

“Je me suis tellement habitué à [l’idée de] la quatrième place que je ne saute pas de joie. Je pense que je le vivrai demain [mercredi] sur le podium, avoué Jules Pommery. Je n’ai pas eu mon tour avec le drapeau, mais je préfère avoir la médaille que faire un tour et ne pas l’avoir après. »

Pour l’équipe de France, dont les résultats sont en berne depuis plusieurs années et fragilisés à l’entrée de la Bavière par l’abandon du récent champion du monde de décathlon Kevin Mayer lors de la première épreuve lundi matin, cette première médaille offerte est une amélioration significative.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés JO 2024 : en athlétisme, “les Français ne vont pas commencer à gagner du jour au lendemain”

D’autant que le jeune sauteur est l’un des visages de la génération 2024, l’année des JO à Paris, de l’athlétisme français. “Ça va me lancer pour la saison à venir, ça va, j’espère faire démarrer l’équipe de France, j’espère qu’il y en aura de plus en plus belles”veut croire Jules Pommery.

Le Norvégien Ingebrigtsen continue de garnir son palmarès

Ce ne sera pas sur 5 000 m : Hugo Hay termine 19e après une chute, et Félix Bour 24e enfin. Furieux, Hugo Hay s’est vertement expliqué au médaillé d’argent espagnol Mohamed Katir après la course, l’accusant d’avoir provoqué sa chute à quatre tours de l’arrivée, un incident qui l’a empêché de défendre ses chances dans l’emballage final.

« Je suis très en colère. J’ai suivi les consignes, je n’ai fait aucune erreur. Katir doit être disqualifié. C’est juste au mauvais moment. Je suis bien placé et l’autre vient me pousser.a déploré le Français en zone mixte. Il me pousse, je me décale et je trébuche sur les pieds de Mike [Foppen]. Et là je tombe et c’est fini. » L’équipe de France a porté plainte, en vain.

Le Norvégien Jakob Ingebrigtsen célèbre son titre européen du 5000 m à Munich (Allemagne), le 16 août 2022.

C’est Jakob Ingebrigtsen qui a remporté le titre de champion d’Europe de ce 5 000 m – en 13 minutes 21 secondes 13 centièmes -, son deuxième consécutif après 2018, un mois après être devenu champion du monde à Eugene (Oregon, États-Unis). -Uni).

Le Norvégien continue de remplir son palmarès : à seulement 21 ans, il est désormais triple champion d’Europe (1 500 et 5 000 m en 2018), champion olympique du 1 500 m en 2021 à Tokyo, et champion du monde du 5 000 m. Il est également aligné sur le 1.500 m de Munich, dont il sera le grand favori, jeudi, en finale.

Lire aussi : Euro d’athlétisme : Jakob Ingebrigtsen, pur produit d’une méthode familiale

Le champion olympique italien Jacobs couronné sur 100 mètres

Déception pour le Français Mouhamadou Fall, triple champion de France, qui a remporté la 5e place du 100 m en 10 secondes 17, remportée, un an après son titre olympique, par l’Italien Marcell Jacobs en 9 secondes 95, devant deux Britanniques : le tenant du titre Zharnel Hughes (9.99) et Jeremiah Azu (10.13).

L’Allemande Gina Lückenkemper a été sacrée championne d’Europe du 100 m devant son public, devant la Suissesse Mujinga Kambundji et le Britannique Daryll Neita. Mal parti, Lückenkemper, 25 ans, a réalisé une excellente deuxième partie de course et s’est jeté sur la ligne d’arrivée pour finir devant Kambundji (10.99) et Neita (11.00). La quadruple championne d’Europe Dina Asher-Smith, déclarée candidate au titre, a coupé son effort avant la ligne (16.03).

Le Monde avec AFP

Leave a Reply

Your email address will not be published.