Toulouse. Un deuxième panneau antivax affiché au milieu de la rue suscite de vives réactions

Un panneau antivax a fait son apparition au 12 chemin d’Audibert, dans le quartier des Izards. Cela a suscité des réactions sur les réseaux sociaux. (©Actualités Toulouse/David Saint-Sernin)

Quelques jours après l’installation d’un premier panneau antivax en bordure du Canal du Midi, boulevard de l’Embouchure, sur un terrain privé, un deuxième panneau a été installé Quartier des Izards, à Toulouse. Voici ce que vous pouvez y lire :

“Vaccins contre le covid. 1 accident cardiovasculaire pour 100 injections : la santé de nos enfants est meilleure que les vaccins expérimentaux ».

Qui est derrière le panneau ?

Comme pour le premier panneau, ce message est signé par le ” Conseil Scientifique Indépendant “. Derrière ce nom, on retrouve un collectif de professionnels de la santé et des médecines douces, résistants à la vaccination obligatoire et/ou covidosceptiques.

Parmi eux, on retrouve de nombreuses personnalités suivies par les « antivax » comme le professeur Christian Perronne ou encore l’anesthésiste-réanimateur Louis Fouché.

Fortes réactions

Comme lors de la pose du premier panneau, cet affichage suscite de vives réactions sur les réseaux sociaux.

Vidéos : actuellement sur Actu

Un médecin interpelle le maire

Sur twitter, le média généraliste de Fronton (Haute-Garonne), le médecin Jérôme Marty, interpelle le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc et le président de l’Ordre des médecins, Stéphane Oustric :

“M. Monsieur le Maire, vous ne pouvez pas laisser impunie cette communication trompeuse et manipulatrice produite par une organisation complotiste aux dérives sectaires. L’Ordre des Médecins, nous ne pouvons pas laisser passer cette souillure sur notre ville ».

Le préfet “saisi”, indique l’Ordre des médecins

Sous ce même tweet, Stéphane Oustric indique que le préfet a été “saisi”.

En juillet, lors de la première installation du panneau, la mairie de Toulouse avoue son embarras face à cette communication sur le domaine public, sur laquelle elle n’a aucun contrôle :

« S’il est visible de la voie publique, l’affichage doit respecter les règles fixées par le code de l’environnement. L’objectif principal de ce texte est d’assurer tout ce qui concerne la protection du cadre de vie. Il s’agit plus de la mise en page et du format des publicités que du message ».

Cet article vous a-t-il été utile ? A noter que vous pouvez suivre Actu Toulouse dans l’espace My Actu. En un clic, après inscription, vous retrouverez toutes les actualités de vos villes et marques préférées.

Leave a Reply

Your email address will not be published.