Avec la sécheresse en Europe, les “pierres de la faim” ressurgissent comme un avertissement

Ces vestiges du passé n’augurent rien de bon. Conséquence de la sécheresse qui a frappé l’Europe cet été, la baisse remarquable du niveau des fleuves a fait apparaître d’étranges pierres à des endroits jusqu’alors submergés, avec des messages très meurtriers gravés dessus. Un écho unique de l’exacerbation de la crise climatique actuelle.

Les images ci-dessous ont été prises par l’agence de presse britannique Reuters durant l’été 2022. Ces “pierres de la faim” réapparaissent courant août en Allemagne, le long du Rhin, en raison de la sécheresse. Ils apparaissent déjà en 2018, année marquée par un cycle climatique similaire, au service “Avertissements de famine”définit l’agence, d’où le nom donné par la communauté scientifique.

Si des rochers Trouvé sur les rives du Rhin, de la Moselle et de la Weser allemandeEt le La plupart sont réapparus sur les rives de l’Elbe, un fleuve d’Europe centrale qui prend sa source en République tchèque, avant de traverser l’Allemagne et de se jeter dans la mer du Nord. selon Paris-Matchaura environ vingt-cinq ans, et ne sera visible qu’en période d’étiage, pour être répertorié, jusqu’à présent, en Europe.

Lire aussi : Cet article est réservé à nos abonnés “Nos modèles climatiques donnent une vision très optimiste de l’avenir”

“Nous avons pleuré et nous avons pleuré et vous pleurerez”

“Si tu me vois, pleure !” C’est ce qu’on peut lire sur une pierre qui était déjà apparue il y a quatre ans sur les rives de l’Elbe, à Dessen, en République tchèque, selon des photos postées sur Twitter par le correspondant de RTL Neuss, Olaf Koenz. Créée en 1616, cette inscription de mauvais augure est encore utilisée comme indication hydrologique et a peut-être servi, à l’époque, à avertir les générations futures des difficultés qui viendraient lorsqu’elles seraient apparues.

une L’étude a été menée en 2013 par des chercheurs tchèques sur ce même rocher révèle qu’il a aussi de nombreuses dates : “1417, 1616, 1707, 1746, 1790, 1800, 1811, 1830, 1842, 1868, 1892, 1893”. Ceux-ci, à leur avis, représentent les années qui l’ont marquée
Sécheresse, période synonyme de mauvaises récoltes et de pénurie alimentaire, sur les rives de l’Elbe. Sur la rive droite, dans la petite ville de Tochlovice en République Tchèque, cette inscription porte la « Pierre de la faim » : “Nous avons pleuré et pleuré et vous pleurerez.”

Est devenu le attraction touristique Pour la ville, la pierre gravée Desin se dévoile “Cent vingt-six jours de l’année, en raison de la construction d’un barrage en 1938 sur un affluent de l’Elbe”Explique site scientifique américain Ars Technica. Il note que la plupart des photos partagées sur Twitter sur le sujet n’ont pas été prises durant l’été 2022 mais en 2018, une année qui avait déjà connu une sécheresse exceptionnelle, qui a entraîné un regain d’intérêt médiatique pour l’histoire des “pierres de la faim”. .

Une pierre gravée par Greenpeace pour les générations futures

Ces dernières années, la sécheresse est déjà devenue l’un des signes les plus importants du changement climatique en Europe centrale. En 2018, l’ONG internationale Greenpeace a, à son tour, gravé son message dans la pierre, à Magdebourg (Allemagne) : « Si vous me voyez, c’est une crise climatique. Août 2018 ».

Par son intensité et son étendue, la sécheresse qui a frappé l’ancien continent cette année-là a été la plus sévère depuis deux cent cinquante ans. Un phénomène voué à se répéter en Europe. Cette année, près de la moitié du territoire de l’UE a connu des niveaux de sécheresse alarmants en juillet, et 11 % des niveaux d’alerte plus élevés, selon le étude Pour le Centre commun de recherche de la Commission européenne et sur la base des travaux de l’Observatoire européen de la sécheresse (OED).

Voir le rapport : Cet article est réservé à nos abonnés Sécheresse dans le Bassin Bouton : “une rivière coule ici”

Selon eux, il pourrait s’agir de la sécheresse actuelle “Le pire depuis cinq cents ans”. Nous n’avons pas entièrement analysé l’événement [la sécheresse de cette année]parce que ça continue, mais d’après mon expérience, je pense que ça pourrait être plus extrême qu’en 2018″», explique l’un des chercheurs de cette étude, Andrea Toretti, cité par euronews.

Les teneurs sont également associées, selon cette étude, à un déficit en humidité du sol, source de stress hydrique et thermique pouvant entraîner une baisse des rendements des cultures. Autre conséquence de la sécheresse, les grands fleuves d’Allemagne et de République tchèque mais aussi d’Italie et d’Angleterre ont connu une diminution de leurs eaux.

selon télégrapheLe niveau du Rhin durant cet été, Mesuré dans 1,5 pouces d’eau [soit moins de 4 centimètres]Battre le précédent record établi en 2018 de 2,7 pouces [6,8 centimètres] “,” A Emmerich am Rhein (Allemagne), près de la frontière néerlandaise.

Comme ces “pierres de la faim”, les indicateurs de niveau d’eau reflètent encore les périodes de sécheresse à venir, alors que la sécheresse de cette année semble être en Europe “L’un des plus violents de l’histoire moderne”Tomber Gardien en juillet.

Lire aussi : Cet article est réservé à nos abonnés Le long de la Loire, un fleuve en processus “tropical”

Leave a Reply

Your email address will not be published.