Les prix des billets d’avion explosent

Les tarifs ont bondi de 54,5% par rapport à juillet 2021, sur les vols moyen-courriers au départ de la France à destination des destinations européennes, très prisées cet été.

Cet été, les vacanciers partis en avion s’en sont rendu compte : le prix des billets s’est envolé.

Les données publiées cette semaine par la Direction générale de l’aviation civile (DGAC) sur les prix du transport aérien depuis la France le confirment. En juillet 2022, la hausse des prix par rapport à juillet 2021 est de 43,5 %, toutes destinations confondues (19,3 % en cumul depuis le début de l’année). Par rapport à juillet 2019, dernière année pour laquelle le transport aérien n’a pas été touché par le Covid-19, la hausse des tarifs reste élevée (37,7%), observe la DGAC.

C’est sur le réseau moyen-courrier, où le trafic a le plus repris, que la hausse a été la plus importante cette année : 54,5 % (+ 21 % au total). Le réseau long-courrier, toujours affecté par les restrictions de déplacements, affiche une hausse moins prononcée de 28,8 % (+ 13,3 % en cumul).

L’inflation des coûts transmise

Sur le réseau domestique également, les prix des vols sont en forte hausse : de 42,3% sur les liaisons intra-métropolitaines, et de 20,7% sur les liaisons Métropolitaine – Outre-mer.

Les entreprises qui ont accumulé des pertes ces derniers mois augmentent leur trésorerie. Ils répercutent l’inflation des coûts, notamment du kérosène, dont le prix est passé en un an de 75 dollars à 135 dollars le baril. Et ils le font d’autant plus facilement que cela ne décourage pas, pour l’instant, les voyageurs, désireux de voyager après la crise sanitaire.

Fin juin, Air France avait ainsi annoncé qu’une « surcharge carburant » allant de 100 à 300 euros s’appliquerait aux tarifs les plus élevés. Les patrons des compagnies aériennes avaient prévenu fin 2021, par la bouche de Willie Walsh, le directeur général de l’Iata (International Air Transport Association) : « Les compagnies aériennes ont subi d’énormes pertes ces derniers mois. , il leur est donc impossible de pouvoir absorber cette augmentation du kérosène : il faudra la répercuter sur les consommateurs et cela aura un impact sur les prix. Reste à savoir quelle sera l’attitude des voyageurs si la flambée des prix se poursuit dans les mois à venir.

VOIR ÉGALEMENT – Espagne : vols annulés pour cause de grève des pilotes d’Easyjet

Leave a Reply

Your email address will not be published.