En Angola, le président Joao Lourenço se dirige vers une petite victoire

Pour ne rien rater de l’actualité africaine, abonnez-vous à la newsletter “Monde Afrique” depuis ce lien. Tous les samedis à 6h du matin, retrouvez une semaine d’actualités et de débats couverts par la rédaction du “Monde Afrique”.

Quarante-sept ans après son arrivée au pouvoir, le Mouvement populaire pour la libération de l’Angola (MPLA) doit rester à la tête de l’Angola. Selon les chiffres communiqués par la Commission électorale nationale (CNE) avec 97,04% des suffrages comptabilisés, le parti-État arrive en tête du scrutin avec 51,07% des suffrages, devant l’Union nationale pour l’indépendance totale de l’Angola (Unita) avec 44,05%. %, le principal mouvement d’opposition et son adversaire de toujours. Le score cumulé des six autres équipes est d’environ 5 %.

Selon la constitution angolaise, la tête de liste du parti qui a remporté les élections législatives est nommée chef de l’État. A 68 ans, João Lourenço, ancien général d’artillerie formé en Union soviétique, reste au palais présidentiel de Cidade Alta pour un second mandat.

Mais jamais dans l’histoire mouvementée de l’Angola – l’APL et l’UNITA se sont affrontées dans une guerre civile qui a fait 500 000 morts entre 1975 et 2002 – les deux partis n’avaient été aussi proches aux urnes. Emmené par le leader charismatique, Adalberto Costa Jr., 60 ans, l’ancien mouvement rebelle a avancé à Luanda, la capitale tentaculaire du pays lusophone d’Afrique du Sud, avec près de 62% des voix.

L’opposition conteste les résultats préliminaires

L’UNITA ne reconnaît pas les résultats provisoires de la Commission électorale.Adalberto Costa Junior, le chef du parti qui a effectué son dépistage, a déclaré vendredi lors d’une conférence de presse à Luanda. “Le MPLA n’a pas gagné les élections”Il a ajouté, appelant à la formation d’une commission d’enquête. En 2017, l’opposition avait déjà contesté les résultats.

Lire aussi : Cet article est réservé à nos abonnés En Angola, élections serrées pour le parti au pouvoir

L’UNITA a constamment poussé son adversaire de 10 points à chaque élection : le MPLA a remporté 82 % des voix en 2008, 72 % en 2012 et 61 % en 2017. Lors des élections du 24 août, qui n’ont pas été censurées Conformément aux exigences internationales, Selon des observateurs indépendants de la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP), le barrage n’a pas livré mais le MPLA n’a plus la majorité absolue au Parlement, nécessitant plus des deux tiers des 220 sièges pour pouvoir passer. factures Sans s’allier avec un autre parti. Avec 124 députés, le parti-Etat d’inspiration marxiste-léniniste va devoir apprendre à partager son pouvoir. Il devra le faire avec 90 députés de l’Unita, son ennemi juré.

Vous avez 55,79% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.

Leave a Reply

Your email address will not be published.