“Chacun devra réduire sa consommation d’énergie chez lui”, prévient Bruno Le Maire

« Nous ne voulons pas ajouter une crise économique à une crise énergétique », a expliqué le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire. Présent aux rencontres d’entrepreneurs en France, il en a profité pour parler de la situation énergétique du pays et des éventuels efforts à faire quelques mois avant l’hiver. “Il faudra peut-être réduire la consommation d’énergie, à la maison, comme dans les transports”, a-t-il dit, ajoutant “il faut trouver d’autres sources d’approvisionnement pour le gaz”.

Pour le ministre, le rationnement de l’énergie pour les entreprises ne doit intervenir qu’en dernier recours : « Nous allons organiser le rationnement de l’énergie avec les entreprises si l’hiver devait être rigoureux ». Il a néanmoins précisé que “le rationnement pour les entreprises ne devrait être qu’un dernier recours”. Il appelle donc “les Français à faire preuve de retenue” dans un contexte où la guerre entre l’Ukraine et la Russie se poursuit, alors que les approvisionnements en gaz continuent de diminuer en France et dans toute l’Europe.

Petit désaccord au sein du gouvernement

Face aux patrons réunis, Bruno Le Maire a demandé de soutenir les ménages face à la hausse des prix : « Il est évident que le poids de l’inflation doit être équitablement réparti ». En échange de ces efforts, le locataire de Bercy a promis la prolongation du fonds de soutien aux entreprises qui consomment beaucoup de gaz et d’électricité pour leur activité. Alors qu’il devait s’arrêter fin août, il sera prolongé jusqu’à fin décembre. Les critères d’accès à cette enveloppe de trois milliards d’euros, destinée à aider les entreprises qui peinent à faire face à leurs factures énergétiques dans un contexte de forte inflation, seront également “simplifiés” et “allégés”, a-t-il ajouté. .

Le locataire de Bercy a également évoqué d’autres sujets, comme la taxation des superprofits. Selon lui, pas question de taxer les entreprises qui surperforment en temps de crise. Tout en soulignant que certaines entreprises doivent faire un effort, comme CMA-CGM ou Total Energies : « Je recevrai des assureurs prochainement et je leur demanderai de faire un effort sur les primes d’assurance de nos compatriotes. Je vais recevoir les banques et leur demander à nouveau de faire un effort sur les frais bancaires », a-t-il déclaré.

Ce week-end, dans nos pages, la Première ministre Élisabeth Borne avait pourtant expliqué qu’elle “ne fermait pas la porte aux surprofits fiscaux”. Pourtant, devant le Medef mardi, le ministre de l’Économie n’affiche pas les mêmes intentions : « Je ne sais pas ce que c’est que le superprofit. Je sais que les entreprises doivent être rentables. C’est tout ce que je sais”. Selon lui, “taxer plus la France, c’est produire moins”.

Leave a Reply

Your email address will not be published.