Remco Evenepoel écrase le temps de la 10e étape de la Vuelta et conforte son avance au général

Après une première semaine espagnole passée dans le Nord, la Vuelta a mis le cap lundi sur le sud-est du pays pour la dixième étape entre Elche et Alicante mardi, un contre-la-montre relativement long (30,9km), très plat et très roulant, promettait de un pur spécialiste de la discipline.

Le leader du classement général, Remco Evenepoel, champion de Belgique et médaillé de bronze aux derniers Mondiaux de la spécialité, était logiquement le favori. “C’est un très bon parcours pour lui : force et aérodynamisme, c’est le combo idéal, là c’est le meilleur”anticipé en début d’après-midi Rémi Cavagna, qui a longtemps signé le meilleur temps et termine finalement 3e.

Le Français ne s’y est pas trompé. Equipé d’un plateau de 60 dents, son coéquipier belge a écrasé le contre-la-montre du jour : en tête à tous les passages intermédiaires, le maillot rouge a avalé la piste à plus de 55 km/h de moyenne et relégué tous ses rivaux à plus de 45 secondes, dont son dauphin Primoz Roglic, pourtant champion olympique en titre dans la spécialité.

Déjà 2’41 d’avance pour Evenepoel au général

Le Slovène a réalisé une prestation très solide en terminant deuxième devant Cavagna, mais il n’a rien pu faire face à Evenepoel, qui a confirmé sa forme extraordinaire depuis le début de l’épreuve. Maîtrisant de bout en bout, le prodige de 22 ans a décroché la première victoire de sa carrière sur un grand tour et pris une avance déjà impressionnante à la mi-course (+2’41 !) en tête du classement général. Derrière Roglic, les écarts sont énormes.

Enric Mas a joliment limité la casse (il n’a pas été rattrapé par Evenepoel, parti juste après lui) mais compte désormais plus de trois minutes de retard (+3’03), tout comme son compatriote Carlos Rodriguez (+3’50). Simon Yates (+4’50) et Juan Ayuso (+4’53) complètent le top 6. Derrière, on a déjà plus de six minutes de retard sur le leader belge…

La mésaventure d’Almeida

Côté français, on soulignera la très belle performance de Pavel Sivakov, 5e au temps du jour et désormais 9e au général. Le champion de France de la discipline, Bruno Armirail, n’était classé que 29ème. Julian Alaphilippe, qui n’a rien lâché, a terminé 55e, à 4’30 de son leader belge.

Pour son tout dernier contre-la-montre sur un grand tour, Vincenzo Nibali a échoué à la 94e place. Enfin, au terme de cette journée marquée par huit non-partants, dont beaucoup sont liés au Covid, on note la mésaventure de Joao Almeida (15e), parti sur la base d’un bon temps avant de prendre le mauvais chemin en prenant la dérivation des voitures dans les derniers hectomètres, et perdant ainsi de précieuses secondes…

Leave a Reply

Your email address will not be published.