L’écrivain Gabriel Matzneff, accusé de viols sur mineurs, entendu en audience libre

L’écrivain Gabriel Matzneff, visé par une enquête pour viol sur mineur à la suite des révélations de l’éditrice Vanessa Springora, début 2020, a été entendu mercredi 31 août en audience libre par la police, selon plusieurs sources proches du dossier. . Le parquet de Paris a confirmé cette information au Monde.

Les policiers de l’Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP), établi à Nanterre, l’ont interrogé “sur les différents éléments recueillis par l’enquête, notamment ses écrits”, selon une source proche du dossier. Son avocat, M.e Emmanuel Pierrat, n’a pu être joint dans l’immédiat pour commenter cette information.

Vingt-quatre heures après la sortie du livre Le consentementde Vanessa Springora, début 2020, dans laquelle l’éditeur mettait en cause l’écrivain, aujourd’hui âgé de 86 ans, le parquet de Paris avait ouvert une enquête pour viols sur mineurs de moins de 15 ans.

Dans son livre, Vanessa Springora racontait comment elle avait été séduite par Gabriel Matzneff alors qu’elle n’avait pas encore 14 ans et qu’il en avait presque 50, ainsi que le poids de cette histoire sur sa vie, ponctuée de dépressions.

Elle a été la première à témoigner publiquement parmi les adolescentes séduites par Gabriel Matzneff, auteur longtemps célébré par le milieu littéraire français et lauréat du prix d’essai Renaudot en 2013.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Prescription, déni, complaisance… Matzneff, une affaire toujours pendante

Vers un classement sans suite

L’auteur, qui a longtemps joui de la tolérance d’une partie de l’intelligentsia et des médias en France, s’est revendiqué comme “pédophile”, racontant longuement, dans de nombreux livres, ses relations avec des mineurs et son goût pour le tourisme sexuel en Asie avec de jeunes garçons. Depuis il a dit ” regretter “ ses pratiques pédophiles en Asie, tout en arguant que“à l’époque”, “personne n’a jamais parlé de crime”.

En septembre 2021, une autre femme, l’ancienne journaliste britannique d’origine italienne Francesca Gee, accuse à son tour l’écrivain. Dans L’arme la plus mortelleAutoéditée, elle a raconté avoir eu une relation avec Gabriel Matzneff lorsqu’elle avait 15 ans, dans les années 1970, et a dénoncé le gâchis que représentait, selon elle, l’enquête judiciaire visant cet homme.

On semble s’orienter, du fait de la prescription, vers une classification sans suite. Une source proche de l’enquête a récemment déclaré que “l’objectif était de boucler le dossier avant la fin de l’année [2022] ». Selon cette même source, « les nécessités de la coopération internationale »mais aussi l’analyse des écrits prolifiques de M. Matzneff et un disque dur, ont fait durer les investigations plus longtemps que prévu.

Gabriel Matzneff, qui s’était retiré en Italie après les accusations de Vanessa Springora, se dit victime de vengeance de cette dernière et de Francesca Gee à cause de séparations douloureuses.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Une deuxième victime de Gabriel Matzneff

Le Monde avec AFP

Leave a Reply

Your email address will not be published.