Thomas Pesquet n’imaginait pas devoir publier cette série de tweets

VALERIA MONGELLI / AFP L’ingénieur aérospatial français, pilote et astronaute de l’Agence spatiale européenne (ESA) Thomas Pesquet prend la parole lors d’une conférence de presse avec le secrétaire d’État belge à l’Espace lors d’un événement au Planétarium de Bruxelles, Belgique, le 27 juin 2022. (Photo de Valeria Mongelli /AFP)

VALERIA MONGELLI / AFP

Thomas Pesquet, ici lors d’une conférence de presse au Planétarium de Bruxelles en Belgique, le 27 juin 2022.

ESPACE – Les prochains vols habités de la mission Artemis vers la Lune aiguisent les esprits complotistes sur les réseaux sociaux, remettant au jour la théorie selon laquelle la mission Apollo n’était qu’une étape et l’Homme n’aurait jamais marché sur la Lune.

Une interview de Thomas Pesquet au JT de France 2 du dimanche 28 août – à la veille du lancement de la capsule sans pilote Orion, finalement reportée au dernier moment – a ainsi été récemment utilisée dans un montage vidéo pour faire croire que l’astronaute avait a admis qu’un humain n’avait jamais mis le pied sur la Lune.

« Quand je regarde la Lune la nuit, ça me donne encore un petit frisson, car ce n’est pas la même chose de dire ‘est-ce humainement possible d’y aller ?’. La Lune, il faut voir qu’il y a un facteur 1000. C’est 1 000 fois plus loin que la Station spatiale. Il y a encore une autre dimension au voyage spatial »déclare Thomas Pesquet dans son interview, avant d’enchaîner sur ce passage qui sera volontairement repris et ralenti par l’éditeur, qui appelle à “écouter jusqu’au bout” : “On va vraiment aller très loin, très loin, très loin, pour autant qu’aucun être humain n’est jamais sorti de la Terre. »

Ci-dessous, l’extrait original du JT, inédit :

Techniquement, Thomas Pesquet a raison : selon la Nasa, la trajectoire que suivra la capsule habitée Orion sera elliptique, ce qui l’amènera à 65 000 kilomètres au-delà de la Lune, bien plus loin que les missions Apollo. Ceux-ci ne s’étaient déplacés qu’à 300 kilomètres maximum de la Lune, rappelle Tf1info.fr.

Exaspéré par ce montage vidéo voulant lui faire dire ce qu’il n’a jamais dit, et qui a été beaucoup partagé et visionné sur les réseaux sociaux, Thomas Pesquet a remis les choses au clair ce mercredi 31 août, via une série de tweets.

“Mais pourquoi devons-nous encore perdre un temps précieux là-dessus : bien sûr que oui, l’humain est allé sur la lune lors des missions Apollo. Et nous reviendrons”dit l’astronaute en préambule, avant de développer son propos dans une dizaine de messages complémentaires (à lire ci-dessous).

“Et oui, mes émotions n’ont pas d’importance, mais ça me fait mal, après tout ce que j’ai fait pendant 10 ans, mes deux missions, les milliers d’heures de travail supplémentaires pour les partager et expliquer la science et la technique. , de devoir faites ce tweet aujourd’hui “il se lamente notamment.

Voir aussi sur Le HuffPost : Mission Artemis : un lancement reporté, mais des objectifs ambitieux

Leave a Reply

Your email address will not be published.