à quoi s’attendre samedi à Paris ?

William Molinié et Victor Chabert, édité par Gauthier Delomez

Sous l’emprise d’un mandat d’arrêt européen, l’imam Hassan Iquioussen, qui doit être expulsé vers le Maroc, se serait réfugié en Belgique et reste pour l’heure introuvable. Dans ce contexte, l’association Regards musulmans appelle à une manifestation de soutien samedi à Paris contre “l’islamophobie d’Etat”. Pour l’heure, aucune ordonnance interdisant ce rassemblement n’a été prise par le nouveau préfet de police, Laurent Nunez.

Selon les informations d’Europe 1, cet événement a été déclaré dans les règles en milieu de semaine. Il a été déposé en préfecture avec un lieu précis, place de la République, et l’heure de 15 heures.

Aucune foule importante prévue par le renseignement

Pour l’instant, les retours d’expérience des services de renseignement ne prévoient pas d’afflux significatif : quelques dizaines de personnes, peut-être une centaine, mais rien de bien menaçant pour l’ordre public. Le nombre d’unités des forces mobiles mobilisées ce week-end dans la capitale est assez classique pour un week-end de rentrée.

Pourtant, comme toujours dans ces appels à manifester partagés sur les réseaux sociaux, tout peut se jouer dans les dernières heures. Plusieurs prédicateurs ou influenceurs islamistes, comme les appellent les services de renseignement, ont relayé cet appel à manifester signé par ce mystérieux collectif, Muslim Perspectives. Un appel “à dire non à l’expulsion de l’Imam Hassan Iquioussen et contre l’islamophobie d’Etat”.

“Ennuyeux pour la cohésion nationale”, dit Valérie Boyer

Cette sémantique n’est pas nouvelle. La supposée islamophobie d’État a été agitée par des responsables d’associations religieuses, des militants associatifs, tout au long de la campagne présidentielle. D’ailleurs, plusieurs individus dans le viseur du renseignement ont publiquement indiqué leur désir de se rendre ce samedi à cette manifestation.

Un rassemblement qui est pointé du doigt par une partie de la classe politique. Au micro d’Europe 1, la sénatrice républicaine Valérie Boyer demande son interdiction. “Je ne comprends même pas comment une telle manifestation peut être autorisée ou tolérée, au moment même où le ministre de l’Intérieur (Gérald Darmanin) se réjouit de la fuite de l’imam vers la Belgique”, dit-elle. « Nous autorisons une manifestation pour soutenir quelqu’un qui tient des propos homophobes, antisémites, antiféministes, antirépublicains », énumère la sénatrice, qui conclut : « C’est particulièrement gênant pour la cohésion nationale et pour la sécurité nationale.

Leave a Reply

Your email address will not be published.