CAC 40 : Pourquoi la hausse du chômage aux Etats-Unis fait rebondir le CAC 40

(BFM Bourse) – L’annonce d’un ralentissement des créations d’emplois et d’une hausse du chômage le mois dernier aux Etats-Unis a paradoxalement alimenté l’indice parisien. Le CAC 40 clôture la séance du jour en forte hausse de plus de 2,2% à 6 100 points. En rythme hebdomadaire, l’indice parisien cède néanmoins 1,7%

Le dernier rapport sur l’emploi américain a été bien accueilli par les marchés. En légère hausse à la mi-journée, la Bourse de Paris a accéléré son rebond après la publication en début d’après-midi des chiffres de l’emploi américain pour le mois d’août. Ils révèlent un ralentissement de la création de nouveaux emplois outre-Atlantique, ainsi qu’une hausse contenue du salaire horaire moyen.

Le CAC 40 clôture à un jet de pierre de son plus haut de la journée (6177,07 points), en hausse de 2,21% à 6167,51 points vendredi. Le sursaut d’orgueil observé ce week-end sera toutefois insuffisant pour clôturer la semaine dans le vert, la place parisienne ayant perdu 5 % sur les quatre dernières séances. Sur une base hebdomadaire, il a encore rapporté 1,7 %, portant ses pertes cumulées à 13,7 % depuis le début de l’année.

Après le rapport de la société ADP mercredi, les inscriptions hebdomadaires au chômage jeudi, le bilan officiel fait office de « juge de paix » au regard du bilan de santé du marché du travail ces dernières semaines outre-Atlantique. Les statistiques officielles montrent un ralentissement de la création d’emplois puisque l’économie américaine (hors agriculture) a créé 318 000 emplois en août, selon le rapport du département du Travail. C’est bien plus que les 298 000 créations attendues par le consensus mais nettement en dessous du niveau de juillet avec 526 000 emplois. Le taux de chômage pointe quant à lui pour la première fois depuis janvier, de 0,2 point à 3,7%. En juillet, il était à 3,5 %, au plus bas depuis février 2019. Quant aux salaires, leur hausse est contenue à 5,2 % là où les analystes tablaient sur une hausse de 5,3 %.

Mauvaise nouvelle économique… saluée en Bourse. Car le rapport du jour nourrit les espoirs des opérateurs sur une modération de la hausse des taux par la Banque centrale américaine (Fed) lors de sa prochaine réunion, les 21 et 22 septembre. La probabilité d’une hausse des taux de 0,5 point de pourcentage a ainsi remonté à 36%, contre seulement 25% la veille, la majorité des opérateurs anticipant toujours une hausse de 0,75 point de pourcentage dans les semaines à venir.

A Wall Street, la réaction a également été positive avec un gain de 1% pour le S&P 500 comme pour le Dow Jones au moment de la clôture européenne. Le Nasdaq Composite a suivi la tendance avec une hausse de 1,1 %, avant le long week-end de la fête du Travail. Wall Street restera en effet fermée lundi pour la fête du travail, qui marque la vraie fin des vacances outre-Atlantique.

En Europe, les investisseurs ont appris plus tôt dans la matinée une accélération des prix à la production dans la zone euro pour le mois de juillet. Ils augmentent de 4,0 % sur un mois et de 37,9 % sur un an en juillet. Dans ce contexte, la Banque centrale européenne devrait également orienter sa réponse pour contrôler une inflation élevée.

Les prix du pétrole se sont redressés vendredi après une semaine difficile avant la réunion de l’OPEP+ des exportateurs de pétrole. Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre a augmenté de 2,2% à 94,21 dollars tandis que le WTI pour livraison en septembre a augmenté de 2,5% à 88,48 dollars.

Flux de repreneurs sur Saint Gobain après les cessions

Côté valeur, Saint Gobain a terminé en hausse de 3,7% après l’annonce de la cession de son activité “Cristaux et détecteurs” et de celle des sites de transformation du verre dans le nord-ouest de la France. Le champion français des matériaux de construction augmente ses ventes depuis plusieurs mois dans le cadre de son plan stratégique baptisé “Grow & Impact”.

Les valeurs pétrolières se redressent dans le sillage de la hausse des prix du pétrole : TotalEnergies s’apprécie de 2,2% tandis que Technip Energies progresse pour sa part de 1%.

Atos remporte 6,6%, Lisi 5,8% et Elior complète le palmarès du SRD de Paris avec une progression de 5,2%.

Du côté des plus petites capitalisations, Abivax a grimpé de plus de 11% alors que la biotech a rassuré le marché en obtenant un financement crucial.

Europlasma a clôturé la semaine en hausse de plus de 12%. Sa filiale Intertam annonce avoir conclu un accord-cadre avec la société algérienne SO.GE.B.ZRITA, spécialisée dans le désamiantage.

Showroomprivé gagne 3,2%, Le gérant et co-fondateur du site de e-commerce David Dayan porte sa participation à 37,17% des actions de la société et détient désormais 47,81% des droits de vote.

Sur le marché des changes, le dollar a reculé face à l’euro après la publication des chiffres du chômage américain en août, l’euro s’échangeant à 1,0024 dollar (+0,7%). Le billet vert a pleinement profité de son statut de valeur refuge, atteignant des records face à de nombreuses devises, dont le yen, qui a plongé face au dollar à son plus bas niveau en 24 ans.

Sabrina Sadgui – ©2022 BFM Bourse

Leave a Reply

Your email address will not be published.