Deux experts s’installent à la centrale nucléaire de Zaporozhye et le G7 veut un plafond sur le pétrole russe

Vous avez raté les derniers événements liés aux tensions en Ukraine ? ne pas paniquer, 20 minutes Il vous mesure tous les soirs à 19h30. Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi? Où sommes nous ? La réponse est ci-dessous :

nouvelles d’aujourd’hui

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AEIA) a terminé son inspection de la centrale nucléaire de Zaporozhye. Cependant, l’organisme onusien entend “établir une présence continue”. Deux inspecteurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique resteront à la station en permanence.

Si la Russie a salué une visite “très positive”, le chef de l’Etat ukrainien a estimé que l’AIEA aurait dû aller plus loin. « La principale chose qui devrait arriver est la démilitarisation du territoire de l’usine. […] “Il est dommage que nous n’ayons pas encore entendu les messages appropriés de l’Agence internationale de l’énergie atomique”, a déclaré Volodymyr Zelensky. De son côté, le ministre ukrainien de l’Energie a estimé que la centrale devait “revenir sous le contrôle de l’Ukraine”.

La phrase d’aujourd’hui

La France sait ce qu’il faut pour gagner la guerre de la liberté. »

C’est une phrase particulièrement surprenante prononcée par le ministre ukrainien de la Défense, Oleksiy Reznikov, après un entretien avec le ministre des Armées françaises, Sébastien Licornu. Le ministre ukrainien a remercié son homologue français pour ses “directions créatives” après que les deux hommes ont évoqué “de nouvelles idées pour renforcer les capacités de l’Ukraine” dans cette guerre.

Le numéro d’aujourd’hui

54,5 %. Il s’agit de la baisse des exportations de céréales de l’Ukraine pour la saison 2022-2023, selon le ministère de l’Agriculture. Ainsi, Kyiv exportera presque deux fois moins de blé en 2022 que l’année dernière, principalement en raison de la perte de territoire au profit des forces russes.

La tendance d’aujourd’hui

L’énergie reste au centre des préoccupations mondiales. Un communiqué publié vendredi a déclaré que le G7 mettrait en œuvre “de toute urgence” le plafonnement des prix du pétrole en Russie et encouragerait une “large coalition” de pays à y participer.

“Le prix plafond sera fixé à un niveau basé sur une série de données techniques et sera déterminé par l’ensemble de l’alliance avant sa mise en œuvre”, ont écrit les sept pays dans le communiqué, assurant que les prix futurs “seront annoncés publiquement de manière claire”. et de manière transparente. Cependant, la Russie ne l’entend pas de cette oreille.

“Nous pouvons dire une chose avec certitude : prendre une telle décision conduira à une déstabilisation significative des marchés pétroliers”, a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. Le vice-Premier ministre russe chargé de l’énergie, Alexander Novak, a averti jeudi que la Russie ne vendrait plus de pétrole aux pays qui imposent des prix plafonds.

Leave a Reply

Your email address will not be published.