Formule 1 | Alpine F1 envisagera de se séparer de Piastri la semaine prochaine

Alpine F1 devrait décider au début de la semaine prochaine de conserver les services d’Oscar Piastri jusqu’à la fin de 2022 ou de le libérer plus tôt.

Le Conseil de reconnaissance des contrats a rendu vendredi un verdict unanime selon lequel l’accord pluriannuel de Piastri avec McLaren était valide, permettant à l’Australien de rejoindre l’équipe à partir de 2023.

Il est actuellement pilote de réserve d’Alpine, un poste qu’il occupe après avoir remporté des titres successifs de Formule 3 et de Formule 2 avec le soutien d’Alpine.

Le directeur d’Alpine F1, Otmar Szafnauer, a révélé ce matin que Piastri pourrait ne pas terminer la saison 2022 sous ses couleurs, confirmant les tensions nées de toute l’affaire.

“Il est avec nous ce week-end pour faire du travail sur simulateur et il continuera ce week-end”, explique Szafnauer.

“Et lundi, nous le rencontrerons et déciderons comment nous allons de l’avant. Nous déciderons lundi. Je ne veux pas y penser ici à Zandvoort. Il y a d’autres considérations à avoir.”

Szafnauer a souligné qu’il respecte la décision du CRB et admet qu’il s’attendait à ce qu’une décision plus difficile soit prise compte tenu des arguments avancés. Ce n’était pas le cas.

“Eh bien, je ne connaissais pas tous les arguments de l’autre côté. Ensuite, je veux dire que cela a pris quatre jours, comme tout le monde le sait, il y a de bons arguments des deux côtés, qui sortent, je pensais que c’était autour de 50-50 mais ça n’a pas été le cas. ça ne tourne pas en notre faveur.”

Szafnauer a déclaré le week-end dernier que Piastri avait appris l’annonce alors qu’il travaillait dans le simulateur de l’équipe. Mais ce moment a été décrit comme “bizarre et franchement bouleversant” par Piastri lui-même (à lire ici), car cela le mettait dans une situation difficile devant les autres membres de l’équipe. L’Australien a même dit à plusieurs reprises à son équipe qu’il avait signé ailleurs.

Que pense Szafnauer de ces déclarations ?

“Eh bien, à ce moment-là, nous avons eu des discussions avec Oscar et nous avons estimé que les accords contractuels que nous avions avec Oscar étaient valides et que nous n’avions pas besoin du CRB. C’est donc la raison.”

“Ce que je peux dire et réitérer ce que j’ai dit auparavant : Oscar était dans le simulateur. Lorsqu’il a terminé sa séance de simulation, je suis allé lui annoncer la décision et le féliciter. Il a souri et m’a dit merci.”

“Y avait-il un groupe de personnes comme il le dit ? Je peux vous dire que non, c’était moi et le technicien du simulateur qui étions dans la même pièce.”

“Mais si vous avez déjà vu un simulateur, c’est une assez grande pièce : aussi grande qu’ici [la salle de conférence de presse de Zandvoort]. Nous étions trois dans cette pièce. Ce n’était donc pas un groupe de personnes. Ce n’était pas bizarre, il a souri et a dit merci.”

Leave a Reply

Your email address will not be published.