« Il faut vite tourner la page »… Galtier dresse un bilan mitigé des transferts parisiens

Très attendu au lendemain de la fin du mercato estival durant lequel le PSG n’a pas réussi à recruter Milan Skriniar, le défenseur central de l’Inter pourtant érigé en priorité par le club, Christophe Galtier ne s’est pas montré très bavard en conférence de presse ce vendredi. Avant le déplacement à Nantes samedi soir, l’entraîneur parisien a fait un rapide bilan des ventes et des arrivées, soulignant le fait qu’il y avait eu “beaucoup de prêts” dans le sens des départs dans les dernières heures du mercato mais affirmant, cependant, d’avoir à sa disposition « un groupe de qualité ».

Relancé sur la question du défenseur central, le natif de Marseille a répété tout au long de la conférence que ce qui était fait était fait et que l’heure était désormais à l’adaptation. “Pour acheter, il fallait d’abord vendre”, a-t-il d’abord répondu, une manière de renvoyer la balle dans le camp d’Antero Henrique, le super négociateur qui a repris ses affaires cet été dans la capitale avec pour mission de vendre autant de joueurs indésirables que possible. possible.

Tensions avec Antero Henrique

Nous le savons, d’après les informations de nos collègues de Parisien et de L’équipe, les relations se sont tendues ces dernières semaines entre le Portugais et le duo Luis Campos-Christophe Galtier, ce dernier accusant le premier d’avoir mis du temps à avancer sur des dossiers qui sont en bonne voie (Paredes à la Juve, Keylor Navas à Naples, Gueye à Everton ou Herrera à Bilbao) et donc d’avoir ralenti les éventuelles arrivées tant attendues. Skriniar en tête.

Pourtant, face aux médias, l’entraîneur parisien n’a pas souhaité s’étendre sur le sujet. Même s’il a toujours pris soin de ne jamais mentionner le nom d’Henrique lorsqu’il évoque les personnes de confiance avec lesquelles il travaille au quotidien sur les questions de mercato. “Un coach ne peut pas toujours dire ‘ça me manque untel, untel’, il faut s’adapter, j’ai aussi des jeunes disponibles, a-t-il expliqué. La fin du mercato est un soulagement pour tous les coachs, on le sait”. avec qui on va travailler, on sait de quel groupe on dispose et surtout il faut tourner la page. »

Paris reste avec une défense à trois… Pour l’instant

Avec seulement trois défenseurs centraux professionnels (Marquinhos, Kimpembe et Sergio Ramos) et deux remplaçants (Mukiele et Danilo Pereira), Paris semble trop peu armé pour une équipe qui jouait en 3-4-1-2 (puis 3-4- 3) son système préféré. Malgré tout, dans l’esprit de « Galette », pas question de changer tout de suite. « Une des qualités d’un coach, c’est de s’adapter aux situations, évidemment c’est toujours mieux de partir d’une organisation sur laquelle on travaille depuis deux mois, mais il peut être nécessaire à un moment donné de s’adapter. Mais à l’heure où nous parlons, je n’ai aucune envie de changer d’organisation. »

Leave a Reply

Your email address will not be published.