La Nouvelle-Zélande se venge et punit l’Argentine

Les All Blacks ont surclassé les Pumas à Hamilton (53-3), une semaine après leur défaite historique contre les Sud-Américains.

Moribonde en 2022, la Nouvelle-Zélande a pris sa revanche après sa défaite surprise infligée à domicile par les Pumas la semaine dernière en écrasant l’Argentine à domicile (53-3) samedi, à un an du début de la prochaine Coupe du monde. .

Avec sept essais marqués par sept joueurs différents, les All Blacks ont fait parler leur puissance offensive et lavé l’affront de leur revers (25-18) samedi dernier à Christchurch.

S’ils ont évité une quatrième défaite de rang à domicile, ce résultat met un peu de pression sur les épaules du sélectionneur néo-zélandais Ian Foster dont la position était menacée après avoir essuyé six défaites lors des huit matches précédents.

Avant le choc entre l’Australie et l’Afrique du Sud samedi, les All Blacks prennent provisoirement la tête du classement grâce à ce deuxième succès en quatre matchs.

Malgré des conditions humides, la Nouvelle-Zélande n’a commis que trois erreurs de manipulation et a initié plusieurs gestes somptueux alors que le mur défensif des joueurs de Michael Cheika, si solide il y a sept jours, s’est cette fois effondré dès le départ. .

Les All Blacks ont marqué des essais en première mi-temps grâce à Ethan de Groot, Caleb Clarke et Reiko Ioane, tandis que Jordie Barrett, Ardie Savea, Brodie Retallick et Beauden Barrett ont marqué après la pause.

L’Argentin Emiliano Boffelli, qui avait inscrit 20 points au pied la semaine dernière, a transformé un penalty solitaire sans sauver l’honneur de ce qui ressemble à une véritable déroute.

Le capitaine Sam Cane, dont le brassard était en cause, a exprimé son soulagement : «C’était très important (gagner), on était un peu sous pression. Nous n’étions pas satisfaits de ce que nous avons produit la semaine dernière“, a-t-il déclaré.

«Nous étions dans le match depuis le début et nous avons pu transformer cela en points. Ce fut une soirée assez agréable.», a expliqué le troisième ligne ailier.

Son homologue argentin Julian Montoya a déclaré que son équipe avait appris de précieuses leçons malgré le score humiliant.

«Il faut continuer à travailler pour être meilleur. La semaine dernière nous n’étions pas champions du monde, cette semaine nous ne sommes pas les pires du monde», a souligné le talonneur de Leicester.

Dans douze jours à Melbourne (jeudi 15), les Blacks devront confirmer leur regain de forme face aux Wallabies.

Leave a Reply

Your email address will not be published.