La SEC a interdit la vente de puces NVIDIA et AMD

Les États-Unis ont communiqué de nouvelles réglementations d’exportation pour les puces de type IA à quelques pays. Les affaires commerciales des sociétés AMD et NVIDIA sont fortement affectées.

Le 26 août, un nouveau exigence de licence de l’Autorité américaine de surveillance des marchés financiers (SEC) est sorti. Il a durement touché les affaires des deux géants américains du microprocesseurs, NVIDIA et AMD (Advanced Micro Devices). Cette règle concerne l’exportation de puces conçues pour fonctionner intelligence artificielle. Un changement qui ne sera pas sans effets majeurs pour les deux entreprises.

Mais pourquoi ce protectionnisme technologique ?

La Chine est le premier pays touché par la nouvelle exigence de licence américaine. La Russie, récemment entré en guerre contre l’Ukraine, figure également sur la liste. Quant aux produits, pour la société NVIDIA ce sont circuits intégrés A100 et H100. Les responsables d’AMD, quant à eux, ont déclaré que le gouvernement leur avait demandé de cesser de vendre des puces AI MI250 dans ces pays.

La SEC a justifié cette nouvelle mesure sous prétexte de résoudre le risque d’utilisation abusive des technologies de pointe en cause. En effet, les États-Unis craindraient que ces puces intelligentes être utilisé pour projets militaires par le gouvernement des pays susmentionnés.

Le porte-parole du département du Commerce a déclaré qu’il s’agissait d’une approche globale. L’objectif serait de protéger les intérêts de politique étrangère du pays et d’assurer la la sécurité nationale. Cependant, les États-Unis semblent particulièrement en vouloir à la Chine. Ils semblent également en vouloir à son programme de fusion militaro-civile et de modernisation militaire. Qu’est-ce qui explique cette nouvelle licence sur l’exportation de processeurs puissants.

Quelles sont les implications pour les constructeurs NVIDIA et AMD ?

Pour NVIDIA, le leader mondial de processeurs graphiques, les pertes sont énormes. En effet, l’entreprise voit en Chine un marché important. Ainsi, la société a signalé une baisse de 400 millions de dollars de ses revenus trimestriels en raison des restrictions. C’est l’équivalent de 345,2 millions de livres sterling. De plus, les actions de l’établissement ont chuté de 6,6 %.

Afin de satisfaire les achats que les clients en Chine ont déjà envisagés, ce géant leur a promis des produits alternatifs. De plus, les ventes à la Russie ont déjà été interrompues depuisinvasion de l’ukraine.

Bref, s’il y a lieu de s’alarmer Nvidia, c’est différent pour AMD. Pour cause, ce dernier a annoncé que la nouvelle licence sur la vente de ses puces MI250 ne devrait pas lourdement impacter son activité. Il n’y a pas non plus d’impact à attendre sur ses activités en dehors des marchés concernés. De plus, AMD peut toujours compter sur ses Puces MI100. Ces produits ne sont pas concernés par la nouvelle licence d’exportation délivrée par le gouvernement américain.

Leave a Reply

Your email address will not be published.