Le collectif “Stand With Ukraine” veut porter plainte contre Ségolène Royal mettant en cause certains crimes de guerre

Ses propos ont choqué et rapidement provoqué la polémique. Le reste peut être joué sur le terrain. Le collectif “Stand with Ukraine” de Libération a annoncé, vendredi, sa volonté de porter plainte, en début de semaine prochaine, contre l’ancien candidat à la présidentielle de 2007.

“C’est insupportable pour les victimes d’entendre cela, surtout de la part d’une personnalité politique aussi en vue que Ségolène Royal, protestant avec nos collègues, Edward Mayor, co-fondateur du Collectif Stand avec l’Ukraine. Nous ne pouvons pas laisser dire cela, alors nous allons essayez d’avancer rapidement avec nos avocats, et recueillez les Témoignages des victimes et des témoins. »

En cause, ses déclarations jeudi soir sur BFMTV, où elle dénonçait la “propagande de guerre avec peur” de la part du président ukrainien Volodymyr Zelensky. L’ancien dirigeant socialiste s’est notamment interrogé sur la réalité du « bombardement de la maternité » dans le sud-est de l’Ukraine en mars. Selon elle, “Vous pouvez imaginer que s’il y avait eu la moindre victime, le plus jeune enfant avec du sang, à l’ère des téléphones portables, nous l’aurions eu (les photos)…”.

Condamnation à gauche

Selon elle, il “a utilisé cela” pour faire dérailler le processus de paix. Elle s’est également interrogée sur le massacre de Butch, ou “l’histoire du viol d’un enfant pendant sept heures sous les yeux des parents”. “C’est scandaleux que vous sortiez et que vous publiiez de telles choses juste pour perturber le processus de paix”, a-t-elle déclaré.

Aujourd’hui, sur Twitter, elle a répondu à la vidéo dans laquelle elle rapportait ses déclarations. C’est faux. Je n’ai jamais nié avoir commis des crimes de guerre. Ce que tous les experts savent : propagande de guerre avec peur, avec terreur, conduisant à l’escalade. Souvenez-vous des frappes criminelles en Irak sur le mensonge. Chirac, reclus, a eu le courage de dire non, “elle a essayé de se défendre.” .

Des propos qui ont été fortement critiqués par la gauche. “La paix en Ukraine ne rend pas les victimes de l’invasion impossibles, mais avec la volonté de victoire de Poutine !”, a réagi le premier secrétaire du PS Olivier Faure sur Twitter. Les crimes de guerre sont documentés, le nier est une insulte aux morts, violeurs et torturés ! Dire le contraire c’est de la propagande ! », a-t-il poursuivi.

Dans un autre tweet, il a ajouté : « Elle dit que signaler des crimes (que vous soupçonnez) a un seul but : faire obstruction au processus de paix. Les assaillants sont devenus des partisans de la guerre. Sauf preuve du contraire, les Ukrainiens sont les résistants dans une guerre qu’ils n’ont pas choisie. » L’eurodéputé Raphaël Glucksmann (Place publique), a lui aussi dénoncé « le naufrage. somme “.

Leave a Reply

Your email address will not be published.